Accueil » MONDE » Birmanie. Aung San Suu Kyi de nouveau inculpée

Birmanie. Aung San Suu Kyi de nouveau inculpée

En Birmanie, de nouveaux rassemblements, réprimés par la police, ont eu lieu lundi dans plusieurs villes du pays, après une sévère répression des manifestations dimanche par l’armée. En parallèle, l’ex-leader Aung San Suu Kyi, a comparu lundi devant la justice birmane. Elle a été inculpée pour deux nouvelles infractions. La justice birmane s’est penchée, lundi 1er mars, sur le cas de l’ex-dirigeante Aung San Suu Kyi, accusée par la junte d’avoir enfreint d’obscures règles commerciales et sanitaires. Par ailleurs, les forces de sécurité ont de nouveau ouvert le feu sur des manifestants au lendemain de la journée de répression la plus meurtrière depuis le coup d’Etat. Aung San Suu Kyi, tenue au secret par la junte depuis son arrestation le 1er février et assignée à résidence dans la capitale Naypyidaw depuis cette date, a comparu devant la justice en vidéoconférence et semble « en bonne santé », a déclaré à l’AFP son avocat, Khin Maung Zaw, qui voyait pour la première fois sa cliente en visioconférence, n’étant toujours pas autorisé à la rencontrer. Déjà poursuivie pour avoir importé illégalement des talkies-walkies et violé des restrictions liées au coronavirus, l’ex-dirigeante de 75 ans a été inculpée lundi pour deux nouvelles infractions, a-t-on appris auprès de son équipe d’avocats. La prix Nobel de la paix est désormais poursuivie pour avoir violé une loi sur les télécommunications et pour « incitation aux troubles publics », a détaillé l’avocat Nay T, membre de son équipe de défense. Cette deuxième nouvelle accusation est liée à un article du code pénal de l’époque coloniale qui interdit la publication d’informations susceptibles de « provoquer la peur ou l’alerte » ou de troubler « l’ordre public », a expliqué son avocat, Min Min Soe. L’autre chef d’accusation porte sur une loi sur les télécommunications qui requiert une licence, a-t-il ajouté. Min Min Soe a précisé qu’Aung San Suu Kyi semblait avoir perdu du poids. Elle a également demandé à voir ses avocats, a-t-il dit à Reuters. Une prochaine audience est prévue le 15 mars. Ces nouvelles inculpations interviennent au lendemain d’une journée de répression particulièrement sanglante. Les Nations unies disposent « d’informations crédibles » selon lesquelles au moins 18 personnes ont été tuées dimanche par les forces de sécurité qui ont ouvert le feu pour disperser des rassemblements pro-démocratie dans plusieurs villes du pays. L’AFP a pu confirmer à ce stade de source indépendante dix morts, mais certains rapports mettent en avant un bilan encore plus lourd que celui annoncé par l’ONU. Malgré la peur des représailles, les contestataires étaient de nouveau dans les rues lundi et les tensions étaient vives.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après le Mali, c’est maintenant au Burkina Faso. L’économie française en déclin sur le continent africain

Après le Mali, c’est maintenant ...

Turquie. Plus de 500 000 réfugiés sont rentrés en Syrie

Depuis 2016, plus d’un demi-million ...

A l’approche du Mawlid Ennabaoui, campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques. Ces pétards qui nous mettent en «pétard»!

La fête du Mawlid Ennabawi ...

Lettre de Tiaret

Par Khaled El Guezouli   ...

Burkina Faso. Tension toujours vive, l’ambassade de France prise pour cible

Quelques dizaines de manifestants rassemblés ...