Accueil » MONDE » Birmane. Aung San Suu Kyi devant la justice

Birmane. Aung San Suu Kyi devant la justice

Pour la première fois depuis le coup d’Etat militaire du 1er février, la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi a comparu en personne, lundi 24 mai, devant un tribunal de la capitale birmane, Naypyidaw. L’ex-dirigeante birmane élue Aung San Suu Kyi, inculpée à de multiples reprises par la junte, a comparu lundi en personne devant la justice pour la première fois depuis le coup d’Etat, défiante face aux généraux qui l’ont renversée. Les forces de sécurité avaient été déployées en nombre pour l’occasion autour de l’enceinte du tribunal, mis en place spécialement dans la capitale Naypyidaw pour juger l’ancienne cheffe du gouvernement, a constaté un journaliste de l’AFP. Aung San Suu Kyi, 75 ans, assignée à résidence et qui n’avait pas été vue en public depuis son arrestation le 1er février, semble « en bonne santé », a déclaré à l’AFP l’avocate Min Min Soe, autorisée à la rencontrer pendant 30 minutes avec d’autres confrères. Avant l’audience, elle s’est montrée défiante face à la junte, affirmant que « son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), existera tant que le peuple existera, car il a été fondé pour le peuple », selon des propos rapportés par son avocate. Les généraux birmans menacent de dissoudre la formation, qui a remporté massivement les élections législatives de 2020, alléguant de fraudes lors de ce scrutin. Une décision pourrait être annoncée prochainement, la commission électorale, très proche du régime, ayant indiqué que son enquête était quasiment achevée. Aung San Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la paix 1991 pour sa longue lutte contre les précédentes dictatures militaires, fait partie des plus de 4 000 personnes détenues depuis le coup d’Etat. Inculpée à six reprises depuis son arrestation, elle fait face à de nombreuses accusations allant de la possession illégale de talkies-walkies à l’incitation aux troubles publics et à la violation d’une loi sur les secrets d’Etat. Si elle était reconnue coupable, elle pourrait être bannie de la politique, voire condamnée à des années de prison. Une prochaine audience est prévue le 7 juin, a déclaré Min Min Soe, qui a également rencontré l’ex-président de la République Win Myint, arrêté en même temps qu’Aung San Suu Kyi. Ce vent de fronde est réprimé dans le sang par les forces de sécurité, qui ont tué ces derniers mois au moins 818 civils, dont des femmes et des enfants, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP). Des dizaines de milliers de Birmans ont aussi été déplacés en raison d’affrontements entre l’armée et des milices ethniques, très nombreuses dans le pays. Dimanche, de violents combats ont éclaté entre les militaires et le Parti national progressiste karenni (KNPP), établi notamment dans l’Etat de Kayah (est). L’armée a utilisé des hélicoptères et des chars contre les insurgés, tirant au mortier, et les combats se sont poursuivis jusque dans la nuit de dimanche à lundi, selon un responsable du KNPP. Quatre personnes réfugiées dans une église ont été tuées dans les bombardements, selon le porte-parole d’un groupe local qui coordonne les évacuations. La répression sanglante de l’armée a également conduit des opposants à la junte à former une « Force de défense du peuple » (PDF), composée de civils dotés d’armes artisanales.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Manifestations anti-RN. Jusqu’à 350.000 personnes attendues samedi dans les rues de France

Alors que 50.000 à 100.000 ...

Le Carrefour de Mostaganem

Lors d’une conférence de presse. ...

Le Carrefour de Mostaganem

Education. Les préparatifs des examens ...

Le Carrefour de Mostaganem

Université. Les prolifiques apports au ...

Palestine. La Colombie confirme qu’elle va ouvrir une ambassade à Ramallah

La Colombie va ouvrir une ...