Accueil » RÉGIONS » Béjaïa. L’Université se dote d’un Lectorat de langue espagnole

Béjaïa. L’Université se dote d’un Lectorat de langue espagnole

L’Université Abderrahmane Mira de Béjaia s’est dotée désormais d’un Lectorat espagnol ouvert, hier, à l’occasion de la visite de son Excellence l’Ambassadeur d’Espagne en Algérie. La cérémonie du lancement de ce Lectorat de langue espagnole, au sein de la faculté des lettres et des langues, a été organisée, hier, au Centre national de recherche en langue et culture amazighes du campus Aboudaou, en présence de l’ambassadeur d’Espagne, Fernando Moran Calvo-Sotelo, du wali de Béjaia, du Directeur général des enseignements et de la formation supérieurs au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et du recteur de l’université de Béjaïa. Ce projet s’inscrit dans le cadre des accords de coopération entre le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique et l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement. Le lancement de ce lectorat vient accompagner les démarches de l’Université visant la création du département de langue espagnole au sein de l’Université de Béjaia. Sergio Aguado Piqueras, a, pour sa part, été affecté par l’ambassade du Royaume d’Espagne pour superviser les activités de ce lectorat au sein de la faculté des lettres et des langues. Un Lectorat qui viendra en appoint pour un accompagnement pédagogique des étudiants et des formateurs dans la langue espagnole et l’orientation de l’équipe pédagogique dans la conception et l’amélioration des programmes d’enseignement. Pour l’ambassadeur d’Espagne, «c’est le troisième Lectorat de langue Espagnole que nous venons d’inaugurer en Algérie, après celui d’Alger 2 et Oran 2», précisant au passage qu’un «contrat de trois années a été signé avec une possibilité de prolongement». «L’Algérie compte 07 Départements espagnols dans ses universités et 600 sociétés espagnoles», dira encore l’ambassadeur du royaume d’Espagne. «Cette action s’inscrit en parfaite harmonie du secteur de l’enseignement supérieur qui vise à améliorer la gouvernance et l’ouverture sur le monde socioéconomique et international », dira pour sa part M. Boualem Saidani, Directeur général des enseignements et de la formation supérieurs au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifiques, lors de la cérémonie de lancement de ce Lectorat espagnol à Béjaia. Rappelons que la convention de création d’un Lectorat d’Espagnol au niveau de l’Université de Béjaïa a été signée en juillet dernier par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et l’ambassade du Royaume d’Espagne en Algérie. L’objectif visé, à travers la signature de cette convention, est la « contribution au renforcement des échanges bilatéraux entre les deux pays », ainsi que « le développement de la pratique de la langue espagnole de l’Université de Bejaïa dès la rentrée universitaire 2020-2021 et ce, en collaboration avec le lecteur espagnol qui intervient au niveau du Centre d’enseignement intensif des langues (CEIL) ». «Ce lectorat a été financé par la société espagnole Naturgy, l’Université de Béjaia en collaboration avec le ministère algérien de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique et du ministère des Affaires étrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération, par le biais de l’Agence Espagnole de Coopération Internationale au Développement (AECID) », a-t-on appris des responsables de l’ambassade du Royaume d’Espagne en Algérie. Pour les autorités espagnoles en Algérie, «il s’agit d’un nouvel exemple de partenariat public-privé, que l’Espagne a inclus comme axe fondamental pour atteindre les objectifs de l’Agenda 2030, précisant que « cette convention est également une preuve de l’engagement social de l’entreprise espagnole et de sa précieuse contribution au renforcement des liens entre l’Espagne et l’Algérie». «Le gouvernement espagnol travaille avec le gouvernement algérien pour diffuser l’enseignement de l’espagnol et la culture espagnole et tente de répondre à l’intérêt croissant pour la connaissance de l’espagnol parmi les nouvelles générations algériennes », est-il écrit dans un communiqué à l’issue de la signature de la convention entre les deux parties. « Actuellement, les Instituts Cervantès d’Alger et d’Oran enseignent chaque année l’espagnol à des centaines de citoyens algériens. Leur activité n’a pas été interrompue pendant la pandémie, puisque des cours en ligne sont proposés », nous informe-t-on aussi en nous précisant que « le réseau de l’Institut Cervantès en Algérie sera prochainement étendu en Algérie, avec la création d’un nouveau siège». Il convient de rappeler que l’Espagnol est l’une des langues les plus parlées au monde, avec plus de 500 millions d’hispanophones en Amérique Latine, en Europe, en Amérique du Nord, en Afrique et en Asie.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après Oran et Alger .Le navire «The World» termine son escale à Bejaia

Le navire «The World» arrive ...

Gisement du zinc-plomb d’Oued Amizour (Bejaia). Un projet minier stratégique pour le gouvernement

Le gisement du zinc-plomb d’Oued ...

A Melbou et Akbou (Béjaïa). Coup de filet dans le milieu de la drogue

Un groupe de trafiquants de ...

Elections communales partielles à Béjaïa. Début de la campagne à Akbou, Toudja, Feraoun et M’cisna

La campagne électorale pour les ...

Béjaïa. La production de la figue chute de plus de 80% à Beni Maouche

La région de Beni Maouche ...