Accueil » RÉGIONS » Béjaïa. Le président de l’APC de Tichy suspendu de ses fonctions

Béjaïa. Le président de l’APC de Tichy suspendu de ses fonctions

Le président de l’APC de Tichy, M. Hamid Aïssani, vient d’être suspendu de ses fonctions par le wali de Béjaia, a-t-on appris de l’administration de la wilaya. Selon notre source, le motif de cette suspension est lié «aux poursuites judiciaires engagées à l’encontre de M. Aissani, pour falsification de documents, et ce, conformément à l’article 43 du Code communal». Le désormais ex maire de Tichy est élu sur la liste du Front des forces socialistes (FFS), est porté à la tête de cette ville balnéaire à la faveur d’une alliance avec le RCD et deux autres élus du FLN. Les démêlés avec la justice de l’ex édile communal sont liés à une affaire de «falsification d’une invitation introduite dans sa demande de visa pour se rendre dans la ville Française Epinay sur-Seine, dans le cadre d’un jumelage entre les deux communes», avons-nous appris de sources ayant consulté le dossier judicaire. Le désormais ex maire de Tichy est remplacé par son vice-président M. Nassim Khoufache, en l’occurrence, qui était aussi son colistier lors des dernières élections communales. Réagissant à cette suspension, la fédération de Béjaia du Front des forces socialistes (FFS), estime que «le maire de Tichy ne faisait objet d’aucune poursuite judiciaire justifiant cette suspension », en relevant que « cette décision arbitraire, prise sur la base d’un dossier monté de toutes pièces, constitue un abus de pouvoir et une violation flagrante de la loi ». Les rédacteurs du document qui nous est parvenu « rejettent cette décision et apportent leur soutien indéfectible au camarade Hamid Aissani », et ce, tout en se disant prêt à ne « ménager aucun effort pour réhabiliter notre maire dans ses droits et pour que tous les élus locaux puissent jouir de leur statut et user de leurs prérogatives », tout en exigeant « l’annulation pure et simple de l’arrêté de suspension du Maire de Tichy ». La fédération du FFS de Béjaia appelle l’ensemble de ses militantes et militants et ses élus «à la solidarité avec notre maire, à s’organiser pacifiquement pour accompagner nos maires dans l’exercice de leurs missions». «Il n’échappe à personne que cette cabale administrative et judiciaire, enclenchée à l’encontre de notre maire, constitue un acte d’intimidation et le prix à payer pour son engagement politique et son combat permanent contre la mafia locale», écrivent encore les rédacteurs du document qui pointent du doigt accusateur « les relais locaux du pouvoir, avec la complicité de l’Administration » qui « tentent désespérément de se substituer aux élus pour fabriquer une nouvelle représentation afin d’hypothéquer l’avenir politique, économique et social de nos communes». Avant le Maire de Tichy, plusieurs présidents d’APC ont fait l’objet de la même sanction de la part de l’administration de la wilaya, après leurs poursuites judicaires. Il s’agit, pour rappel, du Maire du chef-lieu de wilaya, M. Aziz Merzougui, également d’obédience FFS, qui avait fait l’objet de la même mesure il y a quelques mois, ainsi que le président de l’APC de Taourith Ighil, relevant de la Daïra d’Adekar, touché par la même mesure.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

20 avril 1980 – 20 avril 2024. La Kabylie à l’heure du printemps berbère

Comme chaque année, les régions ...

Mois du patrimoine (18 avril-18 mai). Le coup d’envoi donné par la ministre de la Culture et des Arts à Béjaia

Le coup d’envoi de la ...

Dernières précipitations et taux de remplissage important des barrages à Béjaia. Les agriculteurs soulagés

Les agriculteurs de la wilaya ...

08 avril 1871- 08 avril 2024. Il y a 153 ans, Cheikh Belhaddad déclarait l’insurrection contre l’envahisseur français

Seddouk, terre natale du père ...

Béjaia. Un homme de 52 ans percuté mortellement par un train

Les accidents ferroviaire sont devenus, ...