Accueil » RÉGIONS » Béjaïa. Le dessalement de l’eau de mer, palliatif au stress hydrique

Béjaïa. Le dessalement de l’eau de mer, palliatif au stress hydrique

La très faible pluviométrie de cette saison se répercute encore sur les ressources en eau potable et fait présager de sérieux problèmes pour l’été prochain. La faible pluviométrie de ces dernières années a fait diminuer sensiblement la capacité des barrages qui sont les principaux fournisseurs d’eau potable pour la wilaya de Béjaia. Le barrage de Tichy-Haf, sis dans la commune de Bouhamza, principale source d’alimentation en eau potable de la wilaya de Béjaia, enregistre une baisse du niveau de remplissage à plus de sa moitié de sa capacité. Cette situation pourra encore se répercuter négativement sur le programme d’alimentation en eau potable durant les mois à venir, notamment durant cet été, connu pour sa grande demande en ce précieux liquide. « Le barrage de Tichy-Haf alimente actuellement presque la quasi totalité des communes de la wilaya, mais sa capacité a baissé cette année, compte tenu de la faiblesse de la pluviométrie qui s’ajoute à la vétusté des canalisations et autre pertes qui font que l’eau se fait rare dans beaucoup de communes de la wilaya », nous dira un responsable en charge du dossier de l’hydraulique au niveau de la wilaya de Béjaia. Déjà, plusieurs régions de la wilaya sont durement affectées par cette grave crise qui risque de durer, c’est ce qui a poussé les responsables du secteur à rationaliser l’approvisionnement en eau potable. Les habitants de beaucoup de régions que ce soit dans la vallée de la Soummam ou au littoral, ont soif de ce liquide précieux qui ne coule plus dans les robinets. Il arrive parfois qu’on se livre bataille pour s’approvisionner en eau potable par citerne. A ce sujet, les citoyens sont sérieusement exposés à un danger en consommant de l’eau des citernes dont la provenance n’est pas connue. Dans les régions de montagnes, les citoyens sont dans l’obligation d’acheter l’eau pour les besoins du ménage et de la consommation, en l’absence de l’eau dans les robinets mais au prix cher. Cette forte demande en eau a poussé beaucoup à investir ce créneau. Face à cette crise d’eau, les autorités ont multiplié les appels pour ne pas gaspiller ce précieux liquide qui devient rare avec la sécheresse qui s’installe et les réchauffements climatiques. Le constat fait concernant le secteur de l’hydraulique dans la wilaya, est sans appel, « la wilaya connaissant un retard énorme, malgré les avancées au niveau national ». Les besoins journaliers de la wilaya en eau potable sont de 144.000 M3, avec un volume de production de 256.800 M3/j. La wilaya de Béjaia compte, actuellement, plus d’une centaine de réservoirs d’une capacité de plus de 200.00 M3 avec un taux de raccordement au réseau AEP de l’ordre de 95%.
La dotation moyenne est de 145 l/j par habitant avec un taux de perte dans le réseau estimé à 45%. Pour faire face au problème de manque d’eau potable, le secteur de l’hydraulique a lancé un programme d’exploitation de nouveau des forages existants. Ce programme qui est lancé avec les services de l’ADE, « vise à reprendre tous les forages qui avaient été mis en arrêt volontaire », nous dira encore notre source. Rappelons qu’avant l’été passé, il y a eu la mise en service de nouveaux forages en cours de réalisation à Melbou, Toudja, Akbou et Kherrata qui s’ajoutent à la mise en œuvre du programme de réhabilitation des sources à travers 11 communes. Pour pallier à la faiblesse des ressources en eau, induite par une pluviométrie de plus en plus insuffisante, les pouvoirs publics se rabattent vers des sources d’approvisionnement. En sus de la réalisation de plusieurs forages, deux stations de dessalement de l’eau de mer sont inscrites pour la wilaya de Béjaia. « La wilaya de Béjaia a été dotée de deux stations de dessalement de l’eau de mer, implantées respectivement sur le littoral Est et Ouest de la wilaya », avons-nous appris de la Direction de ressources en eau de la wilaya de Béjaia. « Pour la première station implantée à Toudja, un appel d’offres national pour l’étude et la réalisation a été lancé, tandis qu’en ce qui concerne la deuxième station, un terrain pour son implantation a été localisé dans la région de Souk-El Tenine », avons-nous appris de la même source. La première station de dessalement de l’eau de mer est d’une capacité de 50.000 m3/j extensible à 100.000 m3/j, qui sera appuyée par une deuxième d’une capacité de 300.000 m3/jour. Ces stations de dessalement viendront à point nommé pour pallier au stress hydrique et assurer l’alimentation de la wilaya de Béjaia en eau potable dont certaines régions souffrent le martyre. Des stations qui vont appuyer le barrage de Tichi-Haf qui alimente en eau potable toutes les communes de la vallée de la Soummam allant de Boudjellil à Béjaïa, en sus du chef-lieu de wilaya et quelques localités relevant de la wilaya de Bordj Bou Arreridj. Se trouvant sur le lit d’un important Oued qui est Bousslam, le barrage de Tichy-Haf est d’une capacité de 75.000 milliards de m3 et pourra atteindre le double, puisque les responsables en charge du dossier tablent sur son remplissage théorique à raison de deux fois par an. Avec un débit journalier évalué à 128.000 m3/jour et devant bénéficier à plus de 520.000 habitants, le barrage de Tichy-Haf dessert, actuellement, en eau potable, toutes les régions situées sur le couloir Akbou – Béjaia, soit au total 22 communes, en sus de l’irrigation de 6.400 hectares de terres agricoles, situées dans la vallée de la Soummam et quelque 3.200 ha autres dans la région du Sahel. La wilaya de Béjaia compte 102 réservoirs d’une capacité de 221.105 M3 avec un taux de raccordement au réseau AEP de l’ordre de 95%. La dotation moyenne est de 145 l/j/habitant avec un taux de perte dans le réseau estimé à 45%. Les besoins journaliers de la wilaya en eau potable sont de 144.000 M3, avec un volume de production de 256.800 M3/j. Les stations de dessalement de l’eau de mer seront mises en service dans une année et seront d’un grand apport afin d’améliorer la distribution de l’eau potable dans la wilaya de Béjaia.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Intempéries. Inondations et routes fermées à Bejaïa

Les fortes pluies qui se ...

Transport ferroviaire à Béjaïa. Trois accidents mortels en un mois !

Un quinquagénaire a été mortellement ...

Béjaïa. Hommage au cinéaste Abderrahmane Bouguermouh

La ville d’Ouzellaguen, dont le ...

Bejaia. Le port sera doté d’un laboratoire d’analyse intégré

Le port de Bejaïa sera ...

Sabt Akdim (Béjaia). 51 blessés dans un accident de bus de lycéens d’Akbou

Le dérapage d’un bus transportant ...