Accueil » RÉGIONS » Béjaïa. La préservation des ressources hydriques une urgence de l’heure

Béjaïa. La préservation des ressources hydriques une urgence de l’heure

La bonne pluviométrie de ces derniers mois n’a pas fait augmenter pour autant le taux de remplissage des barrages qui n’ont pas encore atteint leur moitié. Des barrages qui sont les principaux fournisseurs d’eau potable pour la wilaya de Béjaia. Cette situation pousse le professionnel de ce secteur névralgique à appeler, une fois de plus, à la préservation des ressources hydriques, qui passe par le non gaspillage de ce précieux liquide. «Le réchauffement climatique et la rareté des ressources hydriques passe par la préservation de l’eau par une utilisation optimale», nous dira un cadre de l’ADE de Béjaïa qui reconnaît « que le secteur de l’hydraulique dans la wilaya est sans appel; il connaît un retard énorme, malgré les avancées au niveau national». Le même constat a été établi par le ministre des ressources en eau, Arezki Berraki, lors de sa dernière visite à la wilaya de Bejaia en se disant «très choqué» par les indicateurs de son secteur dans cette wilaya. «J’ai été très choqué par les indicateurs du secteur dans cette wilaya. «Il y’a un grand retard en matière de développement pour la mise à niveau dans le secteur de ressources en eau», a dit le ministre assurant que «seulement 12 communes sur 52 que compte la wilaya de Béjaïa bénéficient d’une plage horaire de 8 heures de distribution en eau potable». Le Ministre a toutefois renouvelé la volonté des pouvoirs publics pour améliorer les prestations inhérentes à l’offre hydraulique, notamment l’alimentation quotidienne en eau potable des ménages, dans une «plage horaire atteignant au moins 08 heures par jour ». Pour se faire, plusieurs projets sont inscrits pour l’alimentation à partir du barrage de Tichi-Haft, d’une douzaine de villages situés au nord d’Ifri Ouzellaguene, auxquels il a été adjoint la localité de Bouzeguène dans la wilaya de Tizi-Ouzou, et qui «vont tous pouvoir recevoir la ressource dans leur robinet dans un délai contractuel de 26 mois», nous a-t-on assurés. La région de Kherrata à l’extrême Est et le nouveau site d’habitation urbaine d’Ighzer Ouzarif, à Oued Ghir, à 15 km à l’ouest de Bejaia, un projet de stations de 50.000 M3 vont être inscrit. Pour rappel, au nouveau pôle urbain Ighzer Ouzarif pas moins de 16 000 logements (tous types confondus) sont en cours de réalisation. A cela s’ajoute, la réalisation d’une station de dessalement de 50 m3/jour, pour alimenter la région ouest attenante à la circonscription de Bejaia et qui fait face depuis des années à un stress hydrique rare. Il convient de signaler que le barrage de Tichy-Haf alimente, en eau potable, toutes les communes de la vallée de la Soummam allant de Boudjellil à Béjaïa, en sus du chef-lieu de wilaya et quelques localités relevant de la wilaya de Bordj Bou Arreridj. Se trouvant sur le lit d’un important Oued qui est Bousslam, le barrage de Tichi Haf est d’une capacité de 75000 milliards de m3 et pourra atteindre le double, puisque les responsables en charge du dossier tablent sur son remplissage à raison de deux fois par an. Avec un débit journalier évalué à 128 000 m3/jour et devant bénéficier à plus de 520.000 habitants, le barrage de Tichi Haf dessert, actuellement, en eau potable toutes les régions situées sur le couloir Akbou-Béjaïa, soit au total 22 communes, en sus de l’irrigation de 6 400 hectares de terres agricoles, situées dans la vallée de la Soummam et quelque 3.200 ha autres dans la région du Sahel. La wilaya de Béjaïa compte 102 réservoirs d’une capacité de 221.105 M3 avec un taux de raccordement au réseau AEP de l’ordre de 95%. La dotation moyenne est de 145 l/j/habitant avec un taux de perte dans le réseau estimé à 45%. Les Besoins journaliers de la wilaya en eau potable est de 144.000 M3, avec un volume de production de 256.800 M3/j. Il y’a lieu de préciser également, en ce qui concerne la gestion de l’alimentation en eau potable de la wilaya, les responsables n’ont de cesse d’exhorter les citoyens pour ne pas gaspiller ce précieux liquide qui devient rare avec la sécheresse qui s’installe et les réchauffements climatiques. Une préservation des ressources hydriques et le non gaspillage de l’eau qui passe par des gestes quotidiens et des actions citoyennes.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après Oran et Alger .Le navire «The World» termine son escale à Bejaia

Le navire «The World» arrive ...

Gisement du zinc-plomb d’Oued Amizour (Bejaia). Un projet minier stratégique pour le gouvernement

Le gisement du zinc-plomb d’Oued ...

A Melbou et Akbou (Béjaïa). Coup de filet dans le milieu de la drogue

Un groupe de trafiquants de ...

Elections communales partielles à Béjaïa. Début de la campagne à Akbou, Toudja, Feraoun et M’cisna

La campagne électorale pour les ...

Béjaïa. La production de la figue chute de plus de 80% à Beni Maouche

La région de Beni Maouche ...