Accueil » RÉGIONS » Béjaia. La campagne de reboisement lancée

Béjaia. La campagne de reboisement lancée

La campagne de reboisement a démarré dans Béjaia, un programme mis en œuvre par la conservation des forêts de la wilaya de Bejaia avec le concours de la wilaya et des opérateurs économiques de la région de la wilaya. «Au total, 3000 plants dont 1976 plants de chêne liège et de 1024 de caroubier ont été plantés au niveau du lieudit Djebira, dans la commune de Boukhelifa», a-t-on appris de la conservation des forêts de la wilaya qui compte étaler ce programme durant toute la campagne en ciblant toutes les localités de la wilaya de Béjaïa ». Un programme plus qu’une nécessité, lorsqu’on sait que la wilaya de Béjaïa est parmi les régions du pays les plus touchées par les feux de forêts. Le bilan établi par les services concernés fait état de plus 3800 hectares de forêts qui sont parties en fumée, cette année encore à Béjaïa, ce qui porte un coup fatal au patrimoine forestier qui est en déperdition chaque année. Malgré les efforts consentis par les services de l’Etat, les feux de forêts stoppent le programme de régénération des forêts mis en œuvre. Le programme de réhabilitation des forêts touchées par les incendies a été déjà lancé et prévoit le repeuplement du massif forestier et la réalisation d’un volume 330 Ha de repeuplement en chêne liège, cèdre de l’Atlas et chêne vert et d’un volume de 800 Ha de travaux sylvicoles en vue de nettoyer et d’éliminer tout le bois mort où gisant au sein des impacts retenus. Les communes concernées par ce programme sont Beni Maouche, Derguina, Taskariout, Chellata, El Kseur, Boukhelifa, Tizi N’Berber, Melbou, Beni K’sila et Barbacha. « Concernant les impacts des incendies durant cette année, cela nécessite une période de repos d’au moins deux années pour pouvoir évaluer le taux de reprise végétative et bien mesurer le volume des actions à injecter », nous assure-t-on. Un programme de reboisement ne suffit pas à lui seul pour repeupler toutes les surfaces saccagées par les feux et l’homme, s’il ne s’accompagne pas bien sûr d’un plan de vigilance quotidienne pour la sauvegarde du patrimoine forestier. A quand les magnifiques forêts de la wilaya de Béjaia, seront-t-elles enfin dotées d’une protection à la hauteur de leurs bienfaits à plus d’un titre et des attentes des citoyens ? Ne cesse de s’interroger plusieurs militants associatifs engagés dans la protection du massif forestier de la wilaya. Il convient de rappeler, aussi, que la wilaya de Béjaïa est parmi les premières wilayas en matière de production de liège concentré dans le massif forestier très boisé de l’Akfadou, culminant à près de 1 700 m d’altitude. Compte tenu de la qualité du liège de cette région, les spécialistes de la construction l’utilisent aussi comme isolant, que ce soit pour la construction de bâtiment, dans le cadre des constructions antisismiques, ou pour l’insonorisation des salles de spectrales et de théâtres. Le liège de l’Akfadou est devenu, au fil des années, très demandé par les transformateurs et autres utilisateurs, mais voilà que la production est en baisse d’année en année pour beaucoup de raisons. La chute de production du liège à Akfadou est due, à en croire les agents forestiers en charge de ce dossier, aux incendies ravageurs qu’a connu cette région, en estimant la surface détruite par les flammes durant ces dernières années à plus de 5 000 ha. Au niveau de la conservation des forêts, on nous confirme justement la coupe illicite qui a nécessité le redéploiement des agents de forêts, mais la densité du massif arrange bien les affaires « de la mafia du bois ». Pour réhabiliter les forêts de chêne- liège endommagées, la direction générale des forêts (DGF), a révélé, récemment, à l’agence officielle, l’existence d’un projet de coopération conclu entre l’Algérie et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans le cadre du développement durable. Le projet concerne, outre Béjaïa, deux autres wilayas pilotes, productrices à savoir Jijel et Tlemcen, pour lesquelles l’Organisation onusienne propose des solutions de réhabilitation. Par ailleurs, Béjaïa dispose aussi d’une carte de sensibilité du patrimoine forestier de toute la wilaya qui classe les 52 communes qu’elle compte selon le risque d’incendie. Une carte qui classe 12 communes en zone rouge, quinze communes avec un degré élevé et quinze autres ont un degré moyen, alors que dix autres communes restantes sont classées à un degré faible.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après Oran et Alger .Le navire «The World» termine son escale à Bejaia

Le navire «The World» arrive ...

Gisement du zinc-plomb d’Oued Amizour (Bejaia). Un projet minier stratégique pour le gouvernement

Le gisement du zinc-plomb d’Oued ...

A Melbou et Akbou (Béjaïa). Coup de filet dans le milieu de la drogue

Un groupe de trafiquants de ...

Elections communales partielles à Béjaïa. Début de la campagne à Akbou, Toudja, Feraoun et M’cisna

La campagne électorale pour les ...

Béjaïa. La production de la figue chute de plus de 80% à Beni Maouche

La région de Beni Maouche ...