Accueil » ORAN » Beaucoup de citoyens devront s’en passer cette année. Combien faut-il débourser pour le mouton de l’Aïd?

Beaucoup de citoyens devront s’en passer cette année. Combien faut-il débourser pour le mouton de l’Aïd?

L’ovin à sacrifier excède cette année le pouvoir d’achat du citoyen oranais lambda. A un prix seuil de 45.000 da le mouton, ce dernier tourne plusieurs fois sa langue avant de décider d’en acheter ou pas, tellement c’est la «catastrophe». Triste réalité à laquelle, en effet, fait face le citoyen ces jours-ci au niveau des principaux points de regroupements de maquignons à Oran, encore qu’ils n’ont pas proliféré de manière à permettre aux potentiels acheteurs d’avoir l’embarras de choix du prix. Avant de parler de mouton de l’Aïd, il y a lieu d’évoquer les salaires, les primes assimilées qu’attendent les travailleurs de certains secteurs de l’économie fortement impactés par le Covid et à des proportions gardées, les pensions de retraite dont le supposé versement ou non la veille de l’Aïd El Adha 2021, suscite toujours un flou pour cause de conjoncture financière. Le marché ovin enregistre une explosion à telle point où le prix avoisine les 300 euros le mouton et frôle les 60.000 da en dinars. Une hausse des prix préméditée provoquée, il est vrai, par l’offre et la demande étant donné que les arrivages à partir des régions limitrophes où l’engraissement des moutons est en cours, mais aussi à la mainmise des acteurs de la filière ovine des éleveurs, jusqu’aux bouchers en passant par les abattoirs. Un scénario réédité chaque année. Des membres de la fédération nationale des éleveurs avaient déclaré, en juin, que les prix des moutons connaîtront une envolée des prix cette année. Prenant les devants, un citoyen nous a souligné qu’il a fait lundi le voyage jusqu’à une ferme de Sidi Bel abbés pour l’avoir à l’arracher à un prix moyen de 32.000 da le mouton. Mais cette déclaration peine toutefois à convaincre d’autres citoyens même si ce choix d’effectuer de longs déplacements serait le stratagème de certains ménages véhiculé connaissant «à la lettre leur source d’approvisionnement», préférant l’acquérir à un prix acceptable dans les fermes limitrophes, question de faire des économies là où souvent les achats en gros d’un quartier ou de plusieurs membres d’une famille sont concoctés pour le grand bonheur des enfants, mais aussi de maquignons pour qui l’épuisement des moutons leur permet de faire tourner leur bétail, réaliser des bénéfices en un temps record. Plusieurs fidèles nous ont affirmé qu’ils devront se passer du sacrifice cette année. C’est un secret de polichinelle que de dire que les prix des moutons ont nettement grimpé par rapport à l’année 2020. Plusieurs éleveurs de la région ouest du pays où la sécheresse a sévi de plus belle vous le confirmeront. «Le prix du mouton entre 30.000 da et 50.000 da l’année dernière est passé entre 50.000 da et 100.000 da cette année» explique l’un d’eux de la région de Bounif estimant au passage qu’au train où vont les prix, il y a jusqu’ici rarement des preneurs mais si ces prix continuent jusqu’à la veille de l’Aïd El Adha, il est fort à parier que des centaines de familles à Oran ne vont pas égorger surtout si l’on sait que la sécheresse endémique n’a pas épargné d’autres régions du pays, particulièrement les wilayas limitrophes comme Mascara et Mostaganem, alors que s’agissant du Sud à l’exemple de la wilaya de Djelfa, n’en parlons pas ». Il ne faut pas être clerc pour deviner les vraies raisons étant à l’origine de la flambée spectaculaire, cette année, des prix du mouton que les éleveurs ont l’habitude d’imputer à la sécheresse, au manque de production du blé et de l’orge nécessaires à l’aliment de bétail, mais il y a une autre raison grave, celle-là qui fait que des éleveurs ont carrément reconverti leur culture des produits de bétail vers d’autres cultures à cause des effets de la sécheresse.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le paysage préélectoral s’installe progressivement. Course à la présidentielle

La décision du Président de ...

Coup d’envoi du Recensement général de l’Agriculture 2024. Le wali insiste sur la sensibilisation autour de l’évènement

C’est sous le thème «données ...

Un décret concernant la construction automobile modifie et complète un précédent, publié au Journal officiel. Et ça repart !

Quelle sera au fait la ...

Le «Front El Moustakbal» et l’élection présidentielle anticipée. «Pour une mobilisation populaire contre l’absentéisme»

Le parti politique agréé, le ...

De grandes entreprises asiatiques souhaitent investir dans diverses activités. L’Algérie: une destination de choix

Après les Espagnols, les Italiens, ...