Accueil » MONDE » Bangladesh. Un camp de réfugiés Rohingya dévasté par un incendie mortel

Bangladesh. Un camp de réfugiés Rohingya dévasté par un incendie mortel

Un incendie, qui s’est déclaré lundi, a détruit un immense camp de réfugiés Rohingya dans le sud-est du Bangladesh, forçant des milliers de personnes à fuir la zone dévastée. L’ONU a fait état mardi d’au moins 15 morts mais aussi de centaines de blessés et de disparus dans cet incendie qualifié de « massif et destructeur » par le HCR. Le gigantesque incendie qui a ravagé le camps de réfugiés Rohingya de Cox’s Bazar au Bangladesh a fait au moins 15 morts, selon un bilan encore provisoire, a indiqué, mardi 23 mars, un responsable de l’ONU. « Ce que nous avons vu avec cet incendie est quelque chose que nous n’avions jamais vu auparavant. C’est massif et destructeur », a souligné Johannes van der Klaauw, responsable du HCR au Bangladesh, indiquant que pour l’heure le bilan provisoire fait également état de 560 blessés, 400 disparus et au moins 45 000 personnes déplacées. « Près de 10 000 abris ont été incendiés », a déclaré à l’AFP Mohsin Chowdhury, secrétaire à la gestion des catastrophes et des secours, venu sur place depuis la capitale Dacca. « Nous avons réuni un comité de sept membres pour enquêter sur l’incendie » qui s’est déclaré lundi, a-t-il précisé. Les pompiers ont fini par maîtriser le sinistre vers minuit. Il s’agit du troisième incendie à se déclarer dans les camps rohingyas en quatre jours, a déclaré à l’AFP un responsable des pompiers, Sikder, soulignant que l’origine du sinistre demeurait inconnue pour l’heure. Vendredi déjà, deux incendies avaient détruit des dizaines d’abris, selon les autorités. Près d’un million de membres de cette minorité musulmane de Birmanie vivent dans des conditions précaires dans les camps du district de Cox’s Bazar, après avoir fui la répression militaire dans leur pays en 2017. Les autorités ont indiqué que l’incendie avait démarré dans l’un des 34 camps, couvrant plus de 3 000 hectares, avant de se propager à trois autres camps, forçant les réfugiés à fuir en emportant avec eux ce qu’ils pouvaient sauver. Selon l’organisation Refugees International, au moins 50 000 personnes ont fui, l’incendie ayant réduit en cendres des milliers de baraques de fortune faites de bâches et de bambou. « Nous pourvoyons aux secours en fournissant de la nourriture et de l’eau, et en érigeant des abris d’urgence pour les personnes qui ont perdu leur maison », a indiqué mardi M. A. Halim, chef des opérations à Cox’s Bazar pour le Croissant-Rouge du Bangladesh. Il a souligné que « des efforts encore plus importants » seront nécessaires « dans les semaines à venir, notamment à l’approche de la saison des cyclones ». Gazi Salahuddin, un inspecteur de police, estime aussi qu' »environ 50 000 personnes » ont fui pour se réfugier auprès « de leurs proches dans d’autres camps ».

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

France. Les agriculteurs en colère à nouveau dans les rues de Paris

Avant l’ouverture du Salon de ...

Le Carrefour de Mostaganem

Douane. L’Inspection Divisionnaire à pied ...

Cessez-le-feu immédiat à Ghaza. Le Conseil de sécurité échoue à faire aboutir les efforts de l’Algérie

Le Conseil de sécurité des ...

3000 requêtes réceptionnées en 2023 par le Médiateur de la république de la wilaya. Plus de 240 dossiers d’investisseurs reçus et transmis au wali

L’usine Renault, production d’Oued Tlélat, ...

Ghaza. 26 pays de l’UE appellent à une «trêve humanitaire immédiate»

Vingt-six Etats membres de l’Union ...