Accueil » ACTUALITE » Bacha insiste sur la levée des obstacles et appelle à des solutions réglementaires. Foncier industriel: Les entraves!

Bacha insiste sur la levée des obstacles et appelle à des solutions réglementaires. Foncier industriel: Les entraves!

Quand la promotion de l’investissement passe par l’impératif de l’exploitation judicieuse du domaine foncier industriel, l’écueil juridique a souvent “plombé” la relance de l’investissement dans les zones d’activité, ou industrielles en expansion. Des hectares de terrains “fertiles” en potentialités d’investissement, somme toute, énormes, quand ils ne sont pas acquis et occupés par les “expropriations”, deviennent parfois otage de “litiges” soit entre personnes copropriétaires ou entre institutions s’en disputant la propriété d’origine selon les archives du cadastre. C’est un vrai “casse-tête chinois” auquel sont parfois confrontés les walis territoriaux pour dénouer les “litiges” du foncier industriel et relancer l’investissement productif dans leurs wilayas. Les walis, rappelons-le, ont eu carte blanche de décider, comme la loi le stipule, des terrains tournés à l’investissement, dans la cadre de la décentralisation. Néanmoins, le caractère hautement sensible de certains terrains ou fonciers industriels en expansion qui exige des solutions purement réglementaires, semble demander du temps considérable imposé par les procédures. Ce genre d’obstacles met en difficulté l’exploitation du foncier à des fins industrielles. Certains “pépins” juridiques d’un foncier quelconque (c’est selon) ne sont dénoués qu’après la consultation et la décision des instances centrales habilitées. Le ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha, a dévoilé les quatre vérités. Citant à ce propos la zone industrielle de Berrahal (Annaba), il a relevé, lundi, dans cette wilaya, « la nécessité d’œuvrer à lever les obstacles entravant l’exploitation du foncier industriel disponible dans certaines zones industrielles, en proposant des solutions réglementaires efficaces pour promouvoir l’investissement productif ». Le ministre a affirmé sans ambages que les entraves réglementaires au foncier industriel “seront levées”. Une manière de rassurer les investisseurs dans les zones industrielles en Algérie. Au cours de son inspection de l’extension de la zone industrielle de la commune de Berrahal, dans le cadre d’une visite de travail dans cette wilaya, le ministre a précisé que les difficultés d’ordre juridiques, soulevées au niveau de cette zone industrielle (extension) de 367 ha, « trouveront une solution dans un cadre légal permettant la levée des entraves et assurant la relance de l’exploitation de ce capital important de foncier industriel ». Le ministre de l’Industrie a ajouté que la promotion de l’investissement « nécessite la conjugaison des efforts de toutes les parties afin de lever les obstacles et assurer les conditions requises à la réussite de l’acte d’investissement ». Le ministre souligne que l’exploitation efficiente de la zone industrielle de Berrahal (extension) nécessite de « réunir les conditions d’une exploitation légale et effective de cette zone ». La zone industrielle de Berrahal (extension) englobe trois (03) parcelles de terrain importantes dont une parcelle de 167 ha destinée à l’investissement dans des activités de sidérurgie et qui pose actuellement un problème d’ordre juridique, du fait qu’une décision de saisie a été prononcée par les instances judiciaires. Des équipements pour un montant de 80 millions de dollars ont été acquis pour ce projet d’investissement dans des activités de sidérurgie, a indiqué le directeur local de l’industrie lors de la présentation d’un exposé sur les volets techniques relatifs à la mobilisation d’assiettes foncières pour l’investissement dans cette zone. Le ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha, accompagné du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des micro-entreprises, Nassim Diafat, a également visité une exposition dédiée aux micro-entreprises activant dans la wilaya d’Annaba. A cette occasion, le ministre s’est enquis du potentiel des jeunes dans le domaine de l’investissement dans certaines activités liées à la sous-traitance industrielle, appelant les jeunes entrepreneurs à recourir à la numérisation pour moderniser et développer leurs activités.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Recouvrements douaniers en 2022. Près de 1150 milliards de DA de taxes et droits

Une année 2022 riche et ...

Pour opérer le changement escompté par les opérateurs économiques. Appel à la révision du Code des Douanes

Comment l’administration douanière compte-t-elle aider ...

Les parents d’élèves qualifient la décision du Président de «courageuse». Le wali remet les décisions d’intégration à 3.376 enseignants contractuels

En application des instructions du ...

Règlement des conflits et stabilité au niveau régional. Le rôle central de l’Algérie

L’Algérie est un pays leader ...

Lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent. L’Etat récupère 1.300 milliards en une année

On ne sait même plus ...