Accueil » Point de Vue » Augmentation de salaires envisagés !

Augmentation de salaires envisagés !

«Le salaire est déterminé par la lutte entre l’Etat et l’ouvrier. La victoire appartient nécessairement à l’Etat». K. Marx

Parait-il, qu’à partir de 2023, c’est-à-dire, dans une semaine, les pouvoirs publics envisa-gent des augmentations de salaires. Quand et comment ? Et bien cela n’est pas encore précisé. De toute façon, si ces augmentations «salvatrices» génèrent, comme à l’accoutumé, des hausses forcenées des prix, dans ce cas, ce ne serait pas du tout la peine. Pourquoi tout ce pessimisme inexpliqué ? Parce que, l’on est habitué à une mauvaise habitude, que chaque réajustement des salaires, à quatre sous, sera accompagné par un événement catastrophique de la pire espèce: des hausses de prix en série défrayant la chronique. Ainsi, les augmentations qui vont bénéficier d’une large campagne de propagande à la faveur de la politique suivie par les pouvoirs publics, vont sûrement, constituer un mauvais présage. Pour la simple raison, que les réajustements des prix appliqués ne vont guère être comptés à hauteur de dix ou quinze pour cent, mais les doubles des prix initiaux. Le choc inattendu ayant marqué les citoyens à cause des hausses des prix mises en pratique, il y a une année de ça, c’est-à-dire les débuts de 2021 sont toujours présents dans les esprits des citoyens. L’on ne s’attendait pas vraiment à un aussi coup dur de la part des responsables, notamment le premier ministre, lequel on dirait qu’il a été nommé à ce poste spécialement pour mettre la population face à cette dure épreuve. La solution est simple ! Il faudrait que l’on cesse et au plus vite, cette clopinante politique faisant en sorte que le simple citoyen qui paie à chaque occasion et à cause de sa faiblesse, les pots cassés par les autres… c’est-à-dire, les privilégiés du système. Nous aurions aimé qu’en 2021, une lutte acharnée, voire une sorte d’opération «Barbarossa» ait été déclenchée à l’endroit des réseaux des cartels, de la pénurie et de la spéculation et autres gangs de l’économie parallèle, au lieu de s’attaquer au pain quotidien d’une large portion de la population algérienne. Ce n’est guère les produits soutenus à la faveur des damnés de la terre qui fera réajuster les déficits de la balance commerciale de l’Etat. Les pouvoirs publics savent bien comment l’argent de l’Etat est dérobé. Restituer les deniers publics notamment, les quantités de devises passées clandestinement, hors des frontières. Et, de facto, tout rentrera dans l’ordre. Ensuite, créer les mécanismes de contrôle, afin que la rapine institutionnalisée ne se reproduise plus.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pas de fête de l’Aïd pour Ghaza

Comment pourrait-on penser à célébrer ...

Hamas a déjà gagné la guerre

Loin des considérations exclusivement militaires…, ...

Et… on continue à vendre des armes à Israël !

C’est une erreur de penser ...

La Harga continue de plus belle

Pour certains jeunes en plein ...

Produits périmés: des tonnes et des tonnes saisies

Les services de contrôle qualité ...