Accueil » SPORT » Aucun indice ne laisse à l’optimisme. Le MCO en rade, même avec Hyproc

Aucun indice ne laisse à l’optimisme. Le MCO en rade, même avec Hyproc

Alors que l’arrivée de la filiale de la Sonatrach avait ravi tous les supporters du club d’El-Hamri, les jours qui ont suivi la passation de consignes n’ont, cependant, rien apporté de bien nouveau, sinon autant d’incertitude que de désolation. L’équipe première s’entraîne quotidiennement sur l’herbe du terrain annexe, au complexe Hadefi Miloud, sous la coupe de Kheireddine Madoui. Jusque-là, rien d’exceptionnel comparativement aux saisons précédentes. Mais là où l’on attendait Hyproc, aucun signe ne laisse croire à un passage du club sous pavillon étatique.
Rien ne laisse, en effet, croire que le Mouloudia d’Oran est détenu à plus de 90 % par la filiale d’une des plus imposantes sociétés de la planète vu l’état actuel des choses. On citera, à titre d’exemple, le fait que le club phare de l’ouest n’a, pour l’instant, aucune structure administrative digne de ce nom, encore moins de dirigeants avec des fonctions claires et des prérogatives bien définies. Excepté l’entraîneur en chef de l’équipe professionnelle et à un degré moindre Lamine Kabir, encore que ces deux techniciens n’aient encore rien signé d’officiel, le MCO n’a pas encore de premier responsable capable de s’afficher publiquement pour exposer la feuille de route d’Hyproc. Conséquences et non des moindres : le Mouloudia est encore sous le coup de l’interdiction de recrutement en raison de ses faramineuses dettes au niveau de la FIFA et de la CRL (FAF). Pourtant, il suffit de trouver un accord avec les joueurs et entraîneurs à qui le club doit de l’argent, leur verser leurs arriérés de salaires et primes pour que tout redevienne normal, exactement comme l’a fait l’Entente de Sétif, sous l’égide de la Sonelgaz, au cours de la semaine qui vient de s’écouler. Cet immobilisme doublement pénalisant handicape sérieusement le MCO à une douzaine de jours seulement du déplacement à Chlef pour y défier l’ASO pour le compte de la reprise du championnat national. Ne pouvant recruter, le Mouloudia doit se contenter des éléments qui sont encore sous contrat mais dont la majeure partie n’a pas le niveau pour porter les espoirs du club en Ligue 1. Annoncé en fin de semaine, l’engagement de l’ex-sociétaire de la JS Kabylie Juba Oukaci ainsi que le renouvellement de Dehar Merouane a, ainsi, laissé perplexes de nombreux observateurs et proches du vestiaire mouloudéen. Le silence intrigant du directeur général (par intérim) d’Hyproc cache-t-il une stratégie bien définie et un plan d’actions ambitieux qui seront rendus publics en temps voulu ? Ou, au contraire, traduit-il une errance totale et un manque de repères dans ce «monde nouveau» qu’est le football de haut niveau? Autant d’interrogations auxquelles Nacer Bahlouli devra répondre dans les plus brefs délais pour, d’un côté rassurer l’opinion sportive locale, et d’un autre donner un aperçu de la stratégie de la société qu’il dirige en perspective de la saison qui se profile déjà à l’horizon. Il y va de la crédibilité de ce nouveau partenariat et de la pérennité du club parmi l’élite.

À propos Rachid.BELARBI

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

En obtenant le nul à Magra. Le MCO balise la route du maintien

Le Mouloudia d’Oran ne perd ...

Le président de la FAF estime qu’il a le meilleur profil pour l’EN. Petkovic, nouveau patron des Verts

La FAF annonce la finalisation ...

NC Magra-MC Oran et US Souf- ES Ben Aknoun, demain à 16h. Combat de feu pour un quatuor en danger

Remis en selle par leur ...

Elle sera l’un des cinq points stratégiques choisis par l’instance planétaire. L’Algérie mise à l’honneur par la FIFA

L’Algérie du football est de ...

Les supporters attendus en nombre à Magra vendredi. MCO: Grinta et supplément d’âme!

Après avoir passé l’écueil de ...