Accueil » Uncategorized » Au pied du mur, on «voit» le maçon !

Au pied du mur, on «voit» le maçon !

Me retrouvant seul et sans idée préconçue, je m’interrogeais, comme un naïf que je suis, sur tous ces trafics, ces «commerces» enregistrés, ici et là, concoctés par des esprits plus éveillés que les nôtres, pour ne pas dire plus nocifs ou moins consciencieux. De trafic d’influence à trafic tout court, illégal puisque non conforme à une certaine éthique, l’on est en passe de nous retrouver devant des attitudes qui nous paraissaient, il n’y a pas si longtemps, sortir tout droit d’un polar de Chester Himes ou de James Hadley Chase. Et il faut avoir vécu ce genre d’épisode pour comprendre que certaines gens ne se retrouvent, dans leur élément, que lorsqu’il y a… misère humaine. Ils sont là, tels des hyènes, assoiffées de sang, guettant la moindre envie de «happer» les bourses des malheureux pris dans la tourmente du « besoin ». Ils sont là, avec des faces d’ange, cherchant à mettre à profit toutes occasions propices aux gains faciles. Ils sont là, pleurant à chaudes larmes, la peine que vous vivez ou que vous encourrez. Leur esprit machiavélique les poussant, à chaque fois, plus haut et plus loin, dans leur audace à gagner votre confiance. A vous venir en aide avec un désintérêt digne de séraphins qu’ils ne peuvent être. Et lorsque l’opportunité les met, conjoncturellement, en pôle position, ils se coupent en quatre, en huit pour vous essorer et dilapider vos deux sous. Ils sont comme vous, comme moi. La différence ? Ils ne sont aucunement tenus par une quelconque morale qui leur ligoterait les mains ou une éducation qui les empêcherait d’aller au-delà du bon sens, au-delà de la retenue ou celle de la moralité. Ils sont vendeurs de chair et de misère parce qu’ils avaient trouvé le filon là où d’autres auraient cherché à gagner un honnête revenu. Ils vous regardent débourser des sommes inimaginables pour vous fourguer un dû que vous n’auriez pas acheté, ou pris si vous n’y étiez pas tenu ou obligé d’en faire. Sachant cela, ils s’empressent de soutirer vos billets à l’effigie d’un émir de nos martyrs abasourdis par tant de témérité nuisible. Ainsi, ils seraient passibles, au moins, de notre éternel et incommensurable dégout et notre incapacité à comprendre de tels agissements. Ils n’auraient, du moins dans nos esprits, aucune circonstance atténuante parce qu’ils auraient joué avec les besoins des pauvres gens qui aimeraient, une fois, assurer le plaisir de leurs garnements, de leur famille, de leurs proches ou simplement de leurs propres plaisirs. Ainsi, la grandeur d’âme (quelle jolie expression) n’est pas donnée à qui… veut. Mais à qui… peut !!!

medhayas31@gmail.com

À propos Sayah.Med

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Au bout de l’impasse?… La mort !!!!

Qu’ils soient absents ou présents, ...

«Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent !»

Peut-on occuper un poste, un ...

ça broute et ça shoote !!!

Comme un produit que l’on ...

Qui doute ne se trompe point !!!!

Qui nous a appris à ...

Le tourisme, un champ à semer pour une… récolte incertaine !!

Un collègue, apparemment mieux inspiré, ...