Accueil » ORAN » Arzew. Le tourisme, un secteur négligé

Arzew. Le tourisme, un secteur négligé

Le secteur du tourisme dans la région s’est imposé comme le véritable moteur de l’économie, au même titre que les autres secteurs tant importants à l’image de l’industrie. Appréhendé comme un facteur de développement, le secteur n’a jamais pris l’importance souhaitée ni s’est imposé comme un vecteur de richesse dans la région d’Arzew qui recèle pourtant des richesses innombrables. Il faut dire que la ville gazière peine à trouver une place parmi les destinations phares des touristes qui viennent dans la région. Il y a ceux qui n’entendent jamais parler des plages de la ville d’Arzew, à cause d’un tas de raisons qui entrent dans le cadre du manque de perspicacité des responsables. Malheureusement, ces dernières années, les destinations touristiques sont fortement concurrencées et l’image, stigmatisée par la mauvaise réputation des plages d’Arzew qui ne sont connues que par les pêcheurs. Face à une telle situation qui devient de plus en plus exécrable, les autorités sont appelées à trouver des éléments de réponse à la lancinante problématique du tourisme de masse par la diversification de l’offre à travers la mise en place de nouvelles formes alternatives de tourisme et surtout développer des infrastructures capables de répondre à une demande croissante. L’absence d’hôtel, routes en très mauvais état ainsi que l’insécurité dans certaines zones sont des barrières supplémentaires pour les touristes. La côte d’Arzew qui ne reçoit que très peu de visiteurs chaque année, à l’image de Cap Carbon, est pénalisé par le manque d’infrastructure hôtelière étant donné que le nombre réduit des hôtels ne peut répondre à la demande de la diaspora d’origine d’Arzew, à titre d’exemple. Ajouter à cela que la ville n’a pas connu de mesures de développement comme c’est bien visible au centre-ville où le vieux bâti manque les riverains. A cela il ne faut pas oublier les sinistrés du récent séisme qui a fait trembler les vieilles constructions et qui demandent à être relogés. Il faut dire qu’un grand chantier est ouvert à la ville d’Arzew qui a tant besoin d’investisseurs capables de transcender la ville afin qu’elle puisse redorer son blason et attirer un nombre important de touristes permettant de dynamiser le secteur commercial. En attendant, les plages de la ville n’ont pas vraiment changé et n’attirent pas un grand monde sauf les habitués et les habitants même de la ville.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les résidents du Pôle urbain Ahmed Zabana outragés. Pas une seule goutte d’eau dans les robinets

Alors que les résidents du ...

Déficit en infrastructures au Pôle urbain « Ahmed Zabana ». La rentrée scolaire met à nu les carences de la cité

La ville que les autorités ...

Les enfants transférés sans être avisés. Un nouveau CEM décidé dans l’urgence à la cité AADL Ahmed Zabana?

La rentrée scolaire n’a pas ...

Distribution du lait en sachet et huile de table à Arzew. Une production pour réaliser l’autonomie

Pourquoi la pénurie de l’huile ...

Pôle urbain Ahmed Zabana. Un CEM suffira-t-il pour toute une cité?

La nouvelle rentrée scolaire ne ...