Accueil » CULTURE » Art dramatique à Mostaganem. Mustapha Benchougrani, un compagnon de Kaki nous quitte

Art dramatique à Mostaganem. Mustapha Benchougrani, un compagnon de Kaki nous quitte

Natif des années quarante, Mustapha a vécu son enfance dans la proximité de la place centrale de Tigditt, la Souiqa. Cet espace mythique car il était entouré des sièges des partis nationalistes : celui du PPA, auquel vont s’ajouter ceux de l’UDMA puis des Oulémas, le fameux groupe scouts El Fallah, trois cafés et un bain maure, a façonné la vision du jeune Mustapha qui était le voisin d’un certain Ould Abderrahmane Abdelkader, connu de tous sous le nom de Kaki. Très tôt, Benchougrani adhère à Saidia, Association qui incarnait la personnalité artistique algérienne face à une acculturation sauvage et systématique que vivaient au quotidien tous les Algériens.
En 1954 est crée « El Masrah », une troupe de théâtre autour de Kaki, il y a Benkartaba Toufik: trésorier, Benchougrani Mustapha: secrétaire, Belmokadem Abdelkader, Mezadja Bouzid, Bensaïd Mekki, Osmane Fethi, Bachali Allel, Ould Abderrahmane Mazouz, Beladjine Hamou Cheikh, Lagraa Charef, Bentriki M’hamed.
D’autres, comme Abou Bouasria, les rejoindront ensuite. Des jeunes nouveaux comme Benmohamed Mohamed ou Djamel Bensabeur, des moins jeunes comme Mezadja Belkacem adhèrent au mouvement. Mohamed Tahar et Mazouz Bouadjadj réalisent les premières musiques des pièces théâtrales. L’équipe ainsi constituée adapte et joue plusieurs pièces dont « La valise de Plaute » d’après « Dandin » de Molière, « L’oiseau vert » d’après Carlo Gozzi, « La cantatrice chauve » de Ionesco (extrait du livre sur Djamel Bensaber le feu follet du théâtre algérien, en voie de publication). Avec son physique de jeune premier et doué de surcroît, il devient vite un rouage important de l’équipe de théâtre. Mais puisque l’activité principale est la musique, le groupe migre vers ce que la postérité a appelé le trou.
Là, sous la direction de leur mentor, Kaki, le collectif, d’adolescents pour la plupart,entre de plain-pied dans une véritable épopée d’un théâtre nouveau, pour une Algérie qui se profile nouvelle et libre. Benchougrani devient, rapidement, un formateur au sein de ce groupe de « ouled Souiqa » qui travaillait d’arrache-pied, inventait à chaque moment dans un constant feux d’artifice, une manière d’être, de paraître et d’incarner, ce qui finira par représenter l’Algérie dès le lendemain de l’indépendance et fera arracher des éloges aux icônes du théâtre mondial, éblouira un public de professionnels à Paris et constituera l’ossature d’un TNA créé par le fait de ces jeunes adolescents. Que ce soit face à Guevara au Majestic à Alger, le 1er Novembre 1962, en présence d’un public expert au théâtre d’avant-garde 347 de Paris en avril 1964, dans les différentes capitales arabes et européennes, Mustapha a été de tous ces succès d’une Algérie flamboyante, aussi par son théâtre.
Quand fut venu le moment de retourner à Oran pour faire revivre le théâtre dans la capitale de l’ouest, Benchougrani se découvrit une raison de vivre heureux à Alger. Il y resta et fonda une famille. La dernière rencontre se passa au TNA le 27 mars 2022, lors de l’hommage national à Kaki par l’Association Cartenna. Nous eûmes affaire à un homme fatigué mais dont l’esprit restait alerte et la mémoire vive. Il parlait avec aisance et connaissance de la culture sous ses multiples facettes. Lorsqu’il aborda Souiqa et Tigditt, qu’il a quitté il y a longtemps, une ombre assombrissait alors ses grands yeux.

À propos Mansour.Benchehida

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Lycée Zerrouki. Les anciens soulignent le 60ème anniversaire de l’indépendance

Le Bureau de l’Association s’est ...

Art Dramatique : Colloque sur Ould Abderrahmane Kaki «Une manière de dire le théâtre algérien»

Le jeudi à 16h s’est ...

Sidi Ali Ksouri. Le maître de la source

Avant les inondations, SouiqaTahtania était ...

4ème art. Le mystère du théâtre de Kaki

Abdelkader Ould Abderrahmane, dit Kaki, ...

Cimetières de Mostaganem. Retour sur des sites riches en histoire

La mémoire collective locale situe ...