Accueil » Point de Vue » Argent sale: Les zigzags du blanchiment

Argent sale: Les zigzags du blanchiment

Les formes du blanchiment de l’argent sale seraient aussi nombreuses et indétectables, que les sources de cet argent, elles-mêmes. C’est d’ailleurs la principale cause qui va rendre peu concluants les efforts louables des instances sécuritaires, judiciaires et même administratives, cherchant à mettre la main sur les réseaux investissant dans ce domaine dont peu de gens en auraient une connaissance parfaite. Le premier domaine intéressant des lobbys du blanchiment, c’est bien le très large et insondable secteur du BTP. Les sources les plus réputées de l’argent sale seraient d’abord le trafic de drogue et d’armes, ensuite la corruption. Cependant, il faudrait insister là-dessus, sur la grande corruption qui se chiffre en millions ou en milliards et pas la petite corruption de quelques centaines de dinars, que l’on rencontre dans les administrations de proximité. Le problème de la corruption comme celui du blanchiment c’est qu’il n’y a pas de traçabilité à toute transaction conclue. Tout doit se faire loin des yeux des «profanes». Donc, pas de témoin et pas de papier signé. Une autre source de l’argent sale qui est également le terrorisme des années de braises, où pas mal de chefs terroristes et au nom de je ne sais quelle religion pratiquaient la collecte d’une sorte de «dime» en extorquant les paysans sans défense dans les campagnes. Des sources sécuritaires nous ont indiqué que cet argent extorqué sous la menace armée avait été réinvesti après les mesures de réconciliation nationale, dans des domaines de l’économie et ses services très fructifiant, notamment l’immobilier. Par ce moyen, il y a des ex-chefs terroristes qui sont devenus des archi-milliardaires en un laps de temps. La grande corruption, c’est celle qui se pratiquait  dans la cime de la hiérarchie gouvernementale. C’est l’argent -ou les pourboires- reçu illégalement par quelques hauts fonctionnaires des ministères dans le cadre des grands contrats économiques et commerciaux avec des pays tiers. Ce ne sera pas le moins disant qui aura le projet parmi les entreprises ou les pays en lice, mais, plutôt, celui qui sait se montrer généreux vis-à-vis des décideurs. Parfois on attend la mise à la retraite, parfois non! L’argent reçu est directement réinvesti dans des activités commerciales ou de services. Le monde parallèle du blanchiment de l’argent sale est insondable voire insaisissable, du fait de sa nature furtive. C’est un monde du silence total au risque de se faire attraper. C’est l’autre visage sombre et puant de l’économie et des affaires.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Israël est désormais vulnérable!

A vrai dire, la vulnérabilité ...

Et, si l’Iran attaque Israël?

C’est possible… Mais une telle ...

Pas de fête de l’Aïd pour Ghaza

Comment pourrait-on penser à célébrer ...

Hamas a déjà gagné la guerre

Loin des considérations exclusivement militaires…, ...

Et… on continue à vendre des armes à Israël !

C’est une erreur de penser ...