Accueil » RÉGIONS » Aquaculture. Le wali encourage l’investissement aquacole

Aquaculture. Le wali encourage l’investissement aquacole

Au cours de la semaine, le wali Aissa Boulahya a organisé une sortie en mer sur le remorqueur  »Mezegrane » pour s’enquérir de l’évolution des projets aquacoles. Accompagné du président de l’APW, du secrétaire général, du PDG de l’EPM, du directeur de la pêche, des autorités civiles et militaires et d’une pléiade de journalistes, il fait une première halte sur les bassins d’élevage de moule au large de la plage de Stidia, à l’ouest du chef-lieu Mostaganem. Sa seconde halte fini sur la baie d’Arzew vers le large de la plage de Sidi Mansour sur les bassins d’élevage du loup de mer. Echangeant avec les investisseurs, le wali apprend que la production des moules et de 280 Tonnes /an et que la production du loup de mer est estimée à 1800 tonnes annuellement. D’autres investisseurs font part au wali de leur satisfaction quant à l’accompagnement et les facilitations bénéficiées par l’Etat à plusieurs niveaux. Le chef de l’exécutif, de son côté, interpelle les investisseurs sur la commercialisation du produit envers les citoyens comme il leur fait des propositions afin d’éviter la spéculation. Il faut rappeler que l’investissement en aquaculture à Mostaganem devait compter 21 projets dans divers types de poissons mais 06 seulement sont en production. Trois projets sont dans le domaine de la mytiliculture (élevage de moules) et trois autres dans l’élevage de la dorade et du loup de mer. Selon les déclarations du directeur de la pêche et de l’aquaculture de Mostaganem, le retard dans la réalisation des autres projets est dû à plusieurs facteurs. Ce type d’investissement est assez coûteux et a une lourdeur dans le traitement des dossiers de financement et l’absence d’accompagnement par les banques, le manque des aides de l’Etat a impacté sur la réalisation de ces projets retenus. Le wali voulait connaître les raisons de la cherté du poisson et à bord de l’embarcation s’est suscité un débat sur les facteurs qui impacte négativement sur la rareté du poisson dans les zones de pêches de la wilaya connue pour avoir eu un des stocks pêchable des plus riches. De ce fait, les arguments révélés à cet effet, furent que les professionnels, depuis longtemps, pratiquent la surpêche et ne respectent pas la loi de la pêche, ni la période des arrêts biologiques, ni l’armement de pêche, ni contrôle convenable, ce qui a dévasté la biomasse et a impacté sur l’offre en poissons

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. De nouveaux programmes pour valoriser le couvert forestier

La forêt a toujours été, ...

Mostaganem. L’UGCAA pour davantage de défis

A l’instar des autres wilayas ...

Mostaganem. Les chefs de daira appelés à plus de rigueur

La persévérance du chef de ...

Journée Mondiale de la Douane à Mostaganem. Une institution engagée avec fierté professionnelle

Au niveau de la Maison ...

Enseignement supérieur à Mostaganem. Les débats sur le projet de modernisation de l’université lancés

Ce lundi 23 janvier, c’est ...