Accueil » RÉGIONS » Aquaculture à Mostaganem. Un secteur dont la fiche doit être revue à fond

Aquaculture à Mostaganem. Un secteur dont la fiche doit être revue à fond

La politique du gouvernement relative à la diversification et la promotion de l’économie nationale devait aussi transiter par le développement des investissements autour des activités maritimes, soit la pêche et l’aquaculture. Les raisons qui orientent cette stratégie de l’économie bleue c’est parce qu’en général, la situation naturelle du pays est très propice à l’aquaculture marine et présente des conditions environnementales favorables. Favorables, en effet, par la qualité de l’eau, par les profondeurs, par la température, etc). Dans ce contexte même, pour l’aquaculture continentale, l’Algérie dispose de potentialités hydriques naturelles importantes. Toutes ces conditions réunies ont poussé les autorités de la wilaya de Mostaganem à œuvrer pour conforter la stratégie du gouvernement afin de promouvoir l’économie bleue et tout ce que celle-ci génère comme richesses. Mais ce qui est déplorable, c’est qu’à Mostaganem l’aquaculture est passée à côté des objectifs arrêtés par la politique nationale. Il faut préciser que les investissements dans l’élevage des poissons sont privilégiés par les facilitations et les encouragements octroyés par l’Etat soit des subventions à fonds perdus, des concessions avec abattements, des exonérations d’impôts et par l’accompagnement. Nonobstant parmi les trente-sept (37) projets déposés, vingt-sept (27) ont été retenus et seulement quatre ont été mis en exploitation dont un (01) en eaux continentales. Encore faut-il souligner que parmi les quatre (04) mis en exploitation deux (02) concessions ont déclaré faillite. Une faillite un peu mystérieuse car, il n’y a pas longtemps, ces concessions produisaient bel et bien. A une certaine période, on avait cru que la dorade, le loup de mer et les moules allaient inonder les pêcheries de la wilaya mais ce n’est guère le cas. L’économie bleue à Mostaganem s’est ternie et le poisson se fait toujours désirer. Cette stratégie qui consistait à investir dans l’aquaculture devait faire baisser les prix du poisson et que ce dernier soit accessible au consommateur. De toutes les façons, la production aquacole à Mostaganem n’est jamais passée par la criée car elle était écoulée ailleurs qu’à Mostaganem. Ceci a fait que le consommateur n’en a jamais profité. Pourtant, les autorités de la wilaya y ont prêté attention et ont accompagné le secteur mais les résultats ne sont pas du tout satisfaisants… et c’est fâcheux. Face à toute cette dynamique impulsée par les pouvoirs publics qui consiste à promouvoir l’économie, l’aquaculture dans la wilaya patauge dans la boue. Un secteur qui avait les moyens d’avancer progresse à reculons. De toutes les manières, la garantie alimentaire ne comptera pas sur ce secteur si sa fiche n’est pas révisée à fond.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. La feuille de route du wali dévoilée

A l’occasion de la célébration ...

Mostaganem. GISB ELECTRIC exporte son savoir-faire au Bénin

Dans le cadre de la ...

Santé à Mostaganem. La SAARSIU organise les 19èmes journées de printemps

La Société Algérienne d’Anesthésie- Réanimation- ...

Santé à Mostaganem. Le privé s’implique dans le traitement du cancer

Suite aux engagements du Président ...

Art dramatique à Mostaganem. La 7ème édition du «Golden Kaki» en préparation

L’Association Nationale de «Kaki Edahabi» ...