Accueil » ACTUALITE » Après une légère baisse, le pétrole repart à la hausse. Le «brut» profite à l’Algérie

Après une légère baisse, le pétrole repart à la hausse. Le «brut» profite à l’Algérie

Considérant que la flambée des cours de pétrole est une sérieuse menace pour la croissance mondiale, les diplomaties étrangères espéraient par leurs efforts de dénouer par le dialogue la crise Ukraine- Russie que l’emballement du marché pétrolier en cours cède place à l’accalmie. Alors que le conflit est en train de s’enliser et qu’aucune perspective n’est en vue tant les deux parties antagonistes ont l’air de camper sur leurs positions, les compteurs du marché pétrolier s’affolent de nouveau au grand bonheur des pays exportateurs est au malheur de ceux qui en sont les clients. Les tensions entre Kiev et Moscou poussent le brut. Hasard de calendrier. En 2021, les experts avaient prédit que le baril du pétrole brut pourrait s’envoler à 120 dollars en 2022 et à 150 dollars en 2023. Comment se fait-il qu’ils aient eu raison alors qu’on n’était pas au fort moment de la crise Ukraine-Russie ? Comment se fait-il aussi qu’une Banque d’investissement américaine Goldman Sachs prévoyait déjà que le baril du brut devait s’afficher à 100 dollars à partir du 2ème trimestre 2022 ? Autant de questions qui suscitent des interrogations sur les véritables dessous du conflit entre Kiev et le Kremlin et dont les ramifications ont pour objet la mainmise sur les marchés pétroliers mondiaux avec l’appui des politiques. Pour illustrer ces prédictions des américains, le pétrole repart bel et bien à la hausse et à la date indiquée, s’il vous plait, c’est- à- dire à partir du 2ème trimestre 2022 soit début avril 2022 comme mentionné ci- haut. Le brut s’affole à plus de 102 dollars le baril le vendredi passé. Il est aussi vrai que le conflit entre la Russie et l’Ukraine et les appréhensions somme toute légitimes d’un durcissement de sanctions contre la capitale Russe, ont contribué à l’envolée des cours pétroliers la plus importante depuis octobre 2014. De ce fait, les sanctions contre ce pays d’Europe de l’Est aux exportations d’énergie ne cessent d’affoler les compteurs du marché de l’or noir. Ceci dit, les cours de pétrole ont enregistré vendredi leur première hausse depuis trois semaines durant lesquelles les prix de l’or noir ont connu une dégringolade sans précédent. Du pain sur la planche pour l’Algérie qui s’attend à ce que sa production soit augmentée d’ici mai prochain. Le brut brent a augmenté de 1,5%, passant à 102,55 $ le baril, tandis que le brut américain a augmenté de 1,3 %, soit à 97,49 $ le baril. Les USA et leurs alliés affolent le marché même si cette hausse est plutôt modeste et probablement temporaire, mais elle constitue tout de même un indicateur positif eu égard à l’impact causé suite à l’annonce des principaux pays consommateurs de leur intention de libérer 120 millions de barils de pétrole, puisés dans leurs réserves stratégiques. Une décision prise comme mesure d’urgence pour parer aux pénuries d’approvisionnement du marché, cause directe de la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Ainsi, les Etats-Unis ont promis de mettre sur le marché au moins 180 millions de barils, alors que les autres pays membres de l’AIE se sont engagés sur 60 millions, soit 240 millions de barils au total. Pour rappel, les deux bruts avaient enregistré en mars dernier une baisse record de plus de 5 %. En ce qui concerne les prévisions à court terme, le marché reste assez équilibré, avec une tendance à la hausse après la récente tournure des événements avec les rapports d’offre baissiers, les tensions géopolitiques et les sanctions pétrolières potentielles de l’UE contre la Russie. L’Algérie met les bouchées doubles au regard de cette situation. L’Algérie devra augmenter sa production de pétrole brut en mai de 11 000 barils par jour pour atteindre 1 million de barils/jour, selon le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab à l’issue de la 27ème réunion ministérielle de l’opep+», et le 39ème réunion du Comité interministériel de suivi relevant de cette organisation, qui se sont tenues en visioconférence. Cela, en attendant sa prochaine réunion le 5 mai pour examiner l’évolution du marché pétrolier mondial. Sonatrach passe ainsi à la vitesse supérieure pour atteindre ses objectifs en matière de production d’hydrocarbures. Une stratégie qui repose en grande partie sur un programme de diversification géographique, les sites d’exploration et d’exploitation, notamment dans les bassins du Sahara et sur le développement de nouveaux champs à explorer.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ruées massives et précoces des estivants sur les plages de l’ouest Il ne suffit plus de température minimum pour se baigner

Faut-il attendre une température minimum ...

Sécurisation des plages «Opération coup de poing contre les squatteurs»

Comme il a été dénoncé ...

Prochaine session d’APW. Les forêts, la saison estivale, la santé et d’autres dossiers

La prochaine Session ordinaire de ...

Le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres. Projets de grande envergure au menu

Un nouveau Conseil des ministres ...

En période électorale, l’obsession politique sur l’Islam devient particulièrement préoccupante. La mosquée de Paris dénonce

Que reproche-t-on aux Musulmans de ...