Accueil » MONDE » Après un «mardi sanglant» à Lagos. La situation est toujours très tendue

Après un «mardi sanglant» à Lagos. La situation est toujours très tendue

Le Nigeria s’est réveillé mercredi 21 octobre sous le choc, au lendemain de l’attaque de manifestants pacifiques par des forces armées à Lagos. Au Nigéria, la situation restait très tendue dans la capitale Lagos où de nombreux bâtiments ont été incendiés ce mercredi 21 octobre, au lendemain de la répression sanglante d’une manifestation pacifique au bilan controversé. En dépit du couvre-feu total imposé par les autorités, le siège d’une station de télévision, connue pour ses liens avec un éminent politicien du parti au pouvoir, a été incendié ce mercredi par des casseurs, ainsi qu’une importante station de bus et de nombreux autres bâtiments privés et publics. Plusieurs coups de feu tirés par les forces de l’ordre ont été entendus à différents endroits de la ville, selon des témoins. Le pays reste sonné par les violences de « ce mardi sanglant », comme titraient plusieurs unes de presse locale, et, sur les réseaux sociaux, les appels à la démission du président Muhammadu Buhari, portés notamment par la star de la musique nigériane Davido et ses millions d’abonnés, se multipliaient. « M. Buhari vous êtes un échec ! Vieux et incompétent ! Nous ne voulons pas de vous, ni de votre vice-président et de votre chef de la police ! Démissionnez », a tweeté l’autre grande star de la musique nigériane Wizkid. Depuis près de deux semaines, des milliers de jeunes battent le pavé dans les grandes villes du Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique et première puissance économique du continent, contre le pouvoir central. Au moins 18 personnes, dont deux policiers, sont mortes dans ces marches, qui avaient été jusqu’à récemment globalement pacifiques. Mais ce bilan pourrait considérablement s’alourdir dans les prochaines heures, alors que mardi soir, plus de 1 000 manifestants rassemblés pacifiquement sur un péage à Lagos, capitale économique du Nigeria, ont été dispersés par des tirs à balles réelles. Des forces armées ont ouvert le feu sur la foule, qui avait bravé le couvre-feu total imposé à Lagos plus tôt dans l’après-midi. Selon des témoins et l’ONG Amnesty international, « plusieurs personnes » ont été tuées, mais il n’était pour l’heure pas possible de confirmer leur nombre exact. L’Union européenne (UE) et l’ONU ont condamné les violences, l’UE jugeant « crucial que les responsables de ces abus soient traduits en justice et qu’ils aient à rendre des comptes », l’ONU appelant à « la fin des brutalités et des abus policiers au Nigeria ». Selon le gouverneur de l’État de Lagos, qui avait annoncé que 25 manifestants avaient été blessés et transportés à l’hôpital, une personne est morte « en raison d’un trauma à la tête ». Il avait auparavant affirmé que l’attaque n’avait fait « aucun mort », avant de se rétracter. Ce sont « des éléments de l’armée nigériane qui ont été déployés à Lekki », a également accusé le gouverneur dans sa première déclaration, affirmant qu’une enquête avait été ouverte.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tempête politique aux États-Unis après la perquisition du domicile de Trump. “Personne n’est au-dessus des lois”

Une première étape vers un ...

Taïwan. «Des avions et des navires de guerre» chinois à 20 km des côtes

Taïwan a fustigé vendredi 5 ...

L’Onu avertit. La Corée du Nord prépare son premier essai nucléaire depuis 2017

Des travaux de construction d’une ...

Afghanistan. Les États-Unis ont tué al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda

Le chef d’Al-Qaïda, l’Égyptien Ayman ...

Traite des êtres humains. Le HCR plaide pour plus de protection le long des itinéraires

Les services de protection font ...

%d blogueurs aiment cette page :