Accueil » ORAN » Après les cigarettes, serait-ce le tour des carburants!. Fumer a désormais un prix fort

Après les cigarettes, serait-ce le tour des carburants!. Fumer a désormais un prix fort

Fumer, coûte désormais cher, plus cher…Esquinter ses poumons a désormais un prix fort ! Mais cela ne semble pas pour autant dissuader les acheteurs ni affecter la demande qui au contraire reste stable tant qu’il est reconnu que le marché des cigarettes a toujours le vent en poupe. En effet, une hausse des prix de la cigarette est entrée en vigueur depuis cinq jours accentuant le malheur des fumeurs.
Les prix ont grimpé de 20 da le paquet pour toutes les marques sauf pour le «Lucky Strike» et le «Roth mans». Ainsi, le «Marlboro light» et le Marlboro rouge du port s’affichent respectivement à 360 et 370 da le paquet de 20 cigarettes au lieu de 340 et 350 da tandis que le «LM» et le «Winston» montent respectivement à 300 da et 320 da au lieu de 280 da et 300 da. Le carton de 50 paquets de ces marques en question a ainsi augmenté de 10.000 da de prix chez les fournisseurs qui expliquent ces nouveaux prix par le risque d’une rupture des stocks suite au statu quo des importations et les incertitudes qui planent sur le marché local. Pour autant, la demande sur le marché local n’est pas touchée puisqu’on constate une certaine stabilité de la demande alors que l’offre risque de connaître des balbutiements dans les prochains jours, selon un vendeur de Tabac de la place lycée Lotfi au centre-ville d’Oran. Depuis quelques jours, des flambées sont constatées. Après les cigarettes, l’essence et les autres produits dérivés des véhicules risquent eux aussi de monter selon un spécialiste.
Ça ne semble pas du tout rose pour les fumeurs et les conducteurs de l’automobile en ce début de rentrée sociale étant donné que le tabac et le carburant sont deux produits qui ont l’habitude d’enregistrer un bond de prix simultanément, ce qui risque d’enfoncer encore le pouvoir d’achat sans parler des rumeurs sur une prochaine augmentation des prix des produits alimentaires à l’approche de la saison automnale.
Le moins que l’on puisse dire est que la récente augmentations des prix de la cigarette qui, faut-il le mentionner, n’obéit à aucun communiqué officiel, n’est pas sans engendrer une spéculation sans précédent dans le marché local du tabac tant les prix sont «excessivement libres» et les fournisseurs sont sans cesse gourmands ce qui fait croire que le lobby de la cigarette a toujours la peau dure et reste inflexible à toute volonté de restructuration du marché.

À propos B.Kamel

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’Algérie veut renforcer sa sécurité numérique. Cybersécurité : le rempart

Quelle stratégie à adopter pour ...

7.000 enfants ont perdu leurs familles et 1,2 million de personnes souffrent de traumatismes psychologiques. Le monde a abandonné Ghaza

L’étau se resserre de plus ...

Hausse injustifiée des prix et pratiques commerciales illégales. Zitouni hausse le ton

Le gouvernement via son ministère ...

Agence Spatiale Algérienne (ASAL). Pilier stratégique pour le développement national

Fait inédit, le président algérien ...

Gestion des communes à la loupe lors de la rencontre wali-élus. Un élu crée la surprise en annonçant sa démission

Selon des informations concordantes, la ...