Accueil » ACTUALITE » Après la seconde étape d’échanges de prisonniers. La trêve sera-t-elle prolongée?

Après la seconde étape d’échanges de prisonniers. La trêve sera-t-elle prolongée?

Que fera Israël après la fin de cette trêve humanitaire de cessez-le-feu et les bombardements sur Ghaza? Alors que la trêve de 04 jours prendra fin ce lundi, le pire est à craindre. Le décor macabre de ruines et de désolations meuble Ghaza. Cette guerre a fait, depuis le 07 octobre dernier, plus de 15.000 morts, 7.000 disparus, 198 médecins et ambulanciers tués, 26 hôpitaux sur les 35 bombardés, sont hors service, 35.000 blessés hospitalisés pour 1.200 lits disponibles dans uniquement 09 hôpitaux en service. Voilà en somme le bilan macabre de cette cavale meurtrière que mènent Israël et le Tsahel contre la Palestine en général et Ghaza en particulier. L’option de trêve humanitaire prendra fin aujourd’hui, mais l’on s’interroge d’ores et déjà sur l’après cette trêve et l’avenir incertain des Palestiniens, en dépit des pressions internationales. Israël va redoubler de férocité dans sa logique destructrice, après la libération de tous les otages israéliens détenus chez le Hamas dont le dernier groupe était prévu pour ce dimanche, de revenir à sa besogne qu’est sa politique expansionniste et le génocide exercé sur des civils innocents, en dépit de la pression exercée par la rue israélienne pour la libération de tous les otages détenus par le Hamas. Le Hamas et par cet acte de bravoure de confier les femmes et enfants israéliens otages à la Croix Rouge Internationale au côté des otages asiatiques, a-t-il respecté les clauses de cet accord et était-il conscient des lois internationales en matière du respect des droits humains? Le Hamas, dans cette épreuve, est resté fidèle aux principes de réciprocité ceux d’échanges d’otages contre des prisonniers palestiniens, en dépit du blocage de dernière heure imposé par Israël et le Tsahel. L’objectif étant d’entraver ce processus qu’a voulu Israël, imposé pour la libération de ce second groupe. Raison pour laquelle le président américain a intervenu, en incitant le Qatar à faire pression sur le Hamas pour poursuivre le respect de l’accord dans le cadre de la médiation pour réussir cette exigence celle de la libération du second et 3ème groupe d’otages contre des prisonniers palestiniens. Persévérant dans sa folie meurtrière grâce à sa machine de guerre, Israël et le Tsahel ont menacé par des actions guerrières de violer la trêve de 04 jours qui prendra fin ce lundi, en dépit des voix des pacifistes anti-guerre et pro-palestiniens qui s’élèvent à travers le monde entier pour exiger l’arrêt du génocide, des hostilités et l’arrêt de la guerre que mène Israël contre Ghaza, les Ghazaouis et le peuple palestinien qui se battent pour leur libération depuis 1967.
Pour l’heure, 26 hôpitaux sur les 35 que compte Ghaza, sont à l’arrêt suite aux frappes et bombardements. Au total, le Hamas a remis, vendredi et samedi, au Comité international de la Croix Rouge (CICR), 41 otages israéliens et étrangers, détenus à Gaza, pendant qu’Israël a libéré 78 prisonniers palestiniens. L’accord de trêve pour l’échange d’otages israéliens et de prisonniers palestiniens, rentrés en vigueur vendredi dernier et conclu mercredi dernier avec la médiation du Qatar avec l’appui des Etats-Unis et de l’Egypte, prévoit l’échange de 50 otages israéliens, des femmes et des enfants détenus par le Hamas contre 150 prisonniers palestiniens, des femmes, des adolescents et des enfants condamnés à de lourdes peines de prison jusqu’à la perpétuité pour des mineurs. Cependant et tout au long des quatre jours de cette trêve alors que des voix s’élèvent pour sa prolongation, le lendemain est incertain pour ce peuple meurtri par la guerre et les atrocités exercées sur lui. Par ailleurs, le Hamas poursuit son jusqu’auboutisme et les directs transmis par les médias arabes depuis Rafah en Egypte, lors de la libération des otages, ces vendredi et samedi derniers, des ressortissants asiatiques qui n’étaient inscrits sur la liste des libérations, avaient soulevé du respect et de l’admiration pour lui. Le peuple palestinien a pu drainer la compassion, la solidarité et le soutien de millions de citoyens à travers le monde pour exiger un respect humanitaire des droits des citoyens. Il faut retenir que l’armée israélienne, même aux termes de la trêve humanitaire et la libération des prisonnières palestiniennes, des adolescents et des enfants, continue à persévérer dans sa politique guerrière par imposer son diktat autour de la prison, empêcher les journalistes d’accomplir leur mission celle d’informer et de soumettre les citoyens par la force à quitter les lieux que sont les domiciles des prisonnières libérées.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Création de l’UGTA et nationalisation des hydrocarbures. Un 68ème anniversaire de bon augure

Le rassemblement prévu, hier, devant ...

4ème Conférence africaine sur la gestion des Finances publiques. Blanchiment d’argent et lutte anti-corruption en ligne de mire

La lutte contre les flux ...

Lutte contre la drogue. Pour une approche stratégique appropriée

Les affaires et les procès ...

18ème édition du Salon International de la Pharmacie en Algérie (SIPHAL). Industrie pharmaceutique algérienne: Quelles perspectives?

Cette démarche s’inscrit dans le ...

ENTMV. Un navire italien et un solde sans précédent des billets

Le navire italien affrété par ...