Accueil » RÉGIONS » APC de Saïda. Va-t-on vers le dénouement de la crise?

APC de Saïda. Va-t-on vers le dénouement de la crise?

A Saida, il n’y a pas qu’un café pour tâter le pouls d’une société en pleine ébullition. Un microsome représentatif où les diverses couches sociales se côtoient dans leurs différences. Ces derniers jours, le sujet de discussion que nous propose l’actualité est le devenir de l’Assemblée Communale de Saida-ville dont la mission et activités de ses 33 membres-élus sont gelées depuis plusieurs semaines. Les discussions, à propos de ce sujet, y défilent à grande vitesse et les opinions se croisent sans pour autant trancher sur quoi que ce soit. « Alors quelles sont les dernières nouvelles à propos de la suspension de l’Assemblée Communale, une question qui se lit dans le regard de chacun. « Il paraît que c’est dans cette semaine qu’il va y avoir le dénouement de la crise, le maire étant soutenu, paraît-il, par 21 élus sur les 33 que compte l’APC », dira un homme averti qui n’a pas l’habitude d’avaler les couleurs. D’une façon éloquente, il a mis le feu au débat. D’autres semblent détenir à eux seuls la vérité. Tout en grillant sa cigarette et sirotant, un élu, parmi le groupe attablé, démarre le film des évènements de l’Assemblée Communale, imbu de sa personne, rien ne lui échappe ; plus vite que tous, il a fait dans la rétrospective et les causes de leur suspension pour argumenter ses propos. « Le wali a décidé de régler le conflit de l’APC dès cette semaine et il appartient à nous tous, en tant qu’élus, de ne plus se pencher sur le passé et de regarder vers l’avenir », dira-t-il. Le café ne désemplit pas et les discussions battent leur plein et n’en finissent pas. A Saida, il faut dire que certains élus qu’ils soient du 1er collège ou celui du 2ème collège (élus locaux et nationaux) ne font plus de politique. Ils ont d’autres chats à fouetter tant autant que la majorité des citoyens. Ces derniers, notamment ceux regroupés au sein de différentes associations civiles, se disent ne pas être concernés par ce qui se passe au niveau de leur APC. Comme arguments, ces citoyens avancent la manipulation et la lutte d’intérêts personnels que se livrent les représentants des partis politiques élus au sein de l’Assemblée Communale et même au niveau de l’assemblée de wilaya, un organe délibérant pourtant. Pour le wali, instaurer une nouvelle organisation dans la gestion de la commune, penser à l’élaboration d’une plate-forme susceptible de donner naissance à un solide soubassement pour une démarche commune qui permettra de répondre correctement aux doléances des citoyens, tel est le voeu du chef de l’exécutif qui, depuis son arrivée à la tête de la wilaya, se trouve au four et au moulin et l’opération de « substitution », brandie par le wali, semble avoir produit ses effets. En attendant que cessent ces calculs mesquins, il faut que les zones d’ombre soient mises sous les feux de la rampe et que les « tireurs de ficelles » tapis dans l’ombre, soient connus pour le salut public et par oeuvre de salubrité… A Suivre !

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Saïda. Un autre suicide à Batimet Kabouss

Encore une fois, la ville ...

Saïda. Le wali à Moulay Larbi et Sidi Ahmed

Première dans les annales de ...

Menacé par les prédateurs. Touche pas à mon «vieux Saïda»

La forêt récréative « Le Vieux ...

Saïda. Magie noire pour mieux conjurer le mauvais sort

A la demande de plusieurs ...

Saïda. L’internet, la nouvelle drogue des jeunes

Internet, qui est une véritable ...