Accueil » ORAN » Amoncellement record d’ordures ménagères à Oran. Les citoyens interpellent le maire et le wali

Amoncellement record d’ordures ménagères à Oran. Les citoyens interpellent le maire et le wali

La criarde ostentation du dégoutant, du nauséabond et du disgracieux sont illustrés hélas par l’entourage de certains édifices étatiques et même des consulats ou ce qui s’apparente d’ores et déjà comme amoncellements d’ordures, continuent de s’entasser depuis un certain 10 janvier suite au débrayage des concessionnaires réclamant le paiement de leur arriérés de 2014 et 2015 et ceux de 2020 période qui a enregistré des pics des contaminations par le Covid -19. Jamais de mémoire d’oranais la ville qui abritera dans six mois les jeux méditerranéens, n’aura été aussi sale et répugnante. Des éminences de sacs poubelles ou carrément d’ordures non ramassées depuis plusieurs jours, se forment dans moult cités et quartiers à Oran et sont même visibles à l’œil nu au niveau d’un consulat, sans pour autant attirer qui que ce soit parmi les responsables ni servir de référence à ce qui pourrait en advenir dans les prochaines semaines de l’environnement si une issue n’est pas dégagée à l’effet de rassurer les citoyens. Le spectacle apocalyptique que sont en train d’offrir les déchets ménagers en profusion en plusieurs sites et points noirs à Oran ville, ironie du sort, qui avait été classée dans un passé récent parmi les plus belles de la méditerranée, s’est solidement et pudiquement ancré dans cette ville qui pleure son blason terni par l’image de l’infamie environnementale régnante et qui risque, selon les spécialistes de perdurer à cause des réticences des uns et des autres à conjuguer les efforts à débloquer en urgence les moyens nécessaires et déclencher les campagnes de nettoyage malgré les dernières opérations d’éradication des points noirs menées par les élus de l’APC d’Oran. Cette fois, on peut présumer sans risque de se tromper que le problème des concessionnaires privés semble dépasser les initiatives tant qu’aucune lueur d’espoir ne se profile. Oran, submergée par des amoncellements d’ordures depuis trois semaines au plus, s’est avérée impuissante à régler ce moindre pépin quand certaines voix déclarent que l’étanchéité et la réhabilitation de la partie interne de l‘Hôtel de Ville inachevée depuis plusieurs années « est la priorité des priorités » en 2022. Quelle meilleure incarnation de cette impuissance manifeste qui peut être aux yeux de certains « prêterait à cacher le soleil avec un tamis » ! Des opérations pour une gestion optimale des déchets qui sont effectuées sur le terrain par les secteurs urbains qui tenter de colmater les brèches laissées par les concessionnaires, sont loin de répondre aux attentes des citoyens, ces pollueurs, qui pourtant s’acquittent inlassablement des taxes et des factures de consommation d’énergie.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le paysage préélectoral s’installe progressivement. Course à la présidentielle

La décision du Président de ...

Coup d’envoi du Recensement général de l’Agriculture 2024. Le wali insiste sur la sensibilisation autour de l’évènement

C’est sous le thème «données ...

Un décret concernant la construction automobile modifie et complète un précédent, publié au Journal officiel. Et ça repart !

Quelle sera au fait la ...

Le «Front El Moustakbal» et l’élection présidentielle anticipée. «Pour une mobilisation populaire contre l’absentéisme»

Le parti politique agréé, le ...

De grandes entreprises asiatiques souhaitent investir dans diverses activités. L’Algérie: une destination de choix

Après les Espagnols, les Italiens, ...