Accueil » RÉGIONS » Aménagement de Oued Ain Sefra. Projet budgétivore, un raté supplémentaire!

Aménagement de Oued Ain Sefra. Projet budgétivore, un raté supplémentaire!

La grande œuvre de faire de Mostaganem une destination touristique s’est éteinte, petit à petit, car l’ardeur de certains responsables pour atteindre l’objectif s’est tamisée et les raisons restent inconnues. Un rêve fragmenté qui recherche son sens dans le simple manque de feuille de route concertée par l’ensemble des membres de l’exécutif de la wilaya. L’aménagement de  »Oued Ain sefra » considéré comme budgétivore n’a pas encore révélé toute sa nébuleuse. Pour ce projet d’aménagement du cours de l’Oued qui aurait dû traverser la ville de Mostaganem sur une distance de 4 km. Entre embellissement des berges, curage, réalisation d’ouvrages d’art et plusieurs infrastructures de loisirs et de sport, une grosse enveloppe financière estimée à 1,6 milliard de dinars a été mise à la disposition du projet. En plus, les travaux portaient également sur la réalisation d’un réseau d’assainissement le long de l’oued à partir de Sidi Othmane vers l’embouchure pouvant collecter 150.000 m3 /jour et éliminer 12 embouchures d’eau usées. Des travaux d’amélioration urbaine ont été aussi lancés avec un rond-point assez décalé, il faut le souligner, pour permettre la fluidité de la circulation routière au niveau de l’entrée du port commerciale, mais ce rond-point est inutile car jamais utilisé par les automobilistes. Ceci n’a pas résolu la contrainte des bouchons sur la RN11 à ce niveau. Depuis son lancement en 2016, ce projet de reconversion eut été présenté à plusieurs responsables lors des visites de travail et d’inspection mais ce dernier n’a toujours pas été réceptionné. La partie qui traverse le centre ville, des ex trois ponts jusqu’au pont de l’Alma, c’est la plus contraignante sur le plan écologique, continue à empoisonné la vie des riverains. L’autre inconnue, c’est ce tronçon qui longe tout le souk Ain Sefra et qui semble être le plus vulnérable en cas de grandes crues. Cet aménagement, selon les diverses maquettes vues et revues, aurait pu donner au chef-lieu une valeur ajoutée. Un rêve qui a failli se réaliser mais pour des raisons inexpliquées, plutôt mystérieuses, le projet a été délaissé pour on ne sait combien de temps. La partie nord du projet allant de l’embouchure jusqu’à « porte la marine» c’est elle dont les aménagements n’ont pas vu le jour jusqu’à aujourd’hui. Les raisons exactes de son lâchage restent énigmatiques pour apparaître quelque peu arbitraires. Des ratés en développement local, les uns comme les autres, ont les mêmes causes, des causes dues au manque d’ingéniosité dans le circuit décisionnel. Pour les conséquences, il n’y a pas photo.

À propos Abdelmadjid-Lotfi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ramassage des peaux de moutons à Mostaganem. Une campagne ratée par manque d’organisation

La campagne de collecte des ...

Port de Mostaganem. Un autre scandale à l’EPM rattrapé par la justice

Selon le communiqué parvenu à ...

Services publics. L’Agence de Développement sociale se désocialise

A Mostaganem, plusieurs structures administratives ...

Publication. Un 3ème ouvrage sur l’information publique en Algérie

Mansour Kaddour Benattia, journaliste de ...

Femme au foyer. Ce socle dont on ne parle jamais

De temps à autre il ...