Accueil » ORAN » Alors que les commerçants redoutent les fermetures. Un monde fou à Médina Djadida

Alors que les commerçants redoutent les fermetures. Un monde fou à Médina Djadida

Le gouvernement veut mieux encadrer les règles des marchés pour limiter la propagation du coronavirus. Cela passe par des aménagements nécessaires pour éviter les fermetures. Une foule compacte qui ne respectait pas les mesures sanitaires préconisées, ces images de marchés bondés comme à Médina El Djidida, ont suscité la polémique sur les réseaux sociaux en pleine période de hausses de cas de contaminés. Cela se passe alors que les hauts responsables ont décidé d’édicter de nouvelles règles pour mieux encadrer ces lieux de vie problématiques à l’heure de la distanciation sociale. En fait, il ne devrait pas y avoir de vêtements, de jouets ou d’articles de bricolage sur les rues. Seuls les étals de produits alimentaires sont préconisés. En fait, les commerçants, boulangers, fromagers, poissonniers ou encore bouchers vont devoir respecter des consignes plus strictes. Chaque marché va devoir repenser sa configuration, car il faudra au moins deux mètres de séparation entre les étals de marchandises, quitte à agrandir le périmètre. Des mesures qui selon des médecins, pourraient améliorer la situation sanitaire dans le pays qui devient de plus en plus inquiétante. Le retour aux marquages au sol afin de signaler la distance à respecter entre les clients, est de mise. A vrai dire, face à cette nouvelle donne, les commerçants tout comme les clients doivent s’adapter au plus vite. « Si on prend des tomates, c’est le commerçant qui sert la cliente, il y a quelqu’un qui se met pour la vente, quelqu’un pour l’encaissement et qui ne fait que l’encaissement », conseille un médecin qui dira que son staff est carrément fatigué. Enfin, il est utile de rappeler que la situation sanitaire dans le pays, notamment dans la région, est propice à des mesures de fermeture, ce que les commerçants ne le désirent pas, sauf que les comportements constatés risquent de ne pas laisser le choix aux responsables.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...