Accueil » ORAN » Alors que les autorités locales multiplient les opérations de désinfection à Oran. L’AADL Ahmed Zabana toujours mal servi

Alors que les autorités locales multiplient les opérations de désinfection à Oran. L’AADL Ahmed Zabana toujours mal servi

Les premiers coups de pulvérisation ont été donnés, avant-hier, par les agents de la ville, sous le patronage du wali M. Djari. La campagne de désinfection contre le coronavirus a été une occasion pour désinfecter les rues d’Oran et, par là même, inculquer aux citoyens la culture du respect des mesures de prévention, à la faveur des messages de sensibilisation permettant de réduire le nombre des personnes ayant été testées positives au Covid 19. Pour un agent de la ville, c’est une mission d’un genre particulier, inhabituelle mais qui s’inscrit dans un contexte de pandémie liée au Covid-19: «Procéder à la désinfection de certains espaces publics de la cité et réduire ainsi les risques de transmission du Covid 19, au maximum, c’est un devoir pour moi car la population a besoin de se sentir en sécurité». Ils ont chaussé des bottes et surtout, ils se sont munis de masques de protection qui filtre l’air. Pour notre agent rencontré, l’objectif était de désinfecter les rues mais pas uniquement. «Les espaces faisant l’objet d’un traitement sont: les établissements sanitaires, l’ensemble des arrêts de bus, le parvis de la gare, les abords des pharmacies, celui des boulangeries, des boucheries et des commerces alimentaires», explique-t-on. «Nous visons aussi l’ensemble du mobilier urbain à proximité de ces espaces, les bancs, les poubelles publiques et les terrains de proximité», affirme notre interlocuteur. Sauf que les opérations de désinfection n’ont jamais touché un mur du pôle urbain Ahmed Zabana qui demeure, depuis l’attribution des appartements aux propriétaires, mal servi en matière de nettoyage. En effet, il suffit de faire un saut au niveau du pôle pour constater l’étendue de la malpropreté avec tous les déchets organiques et de construction jetés par les résidents. En fait, la scène est d’une laideur effroyable tandis que le grand boulevard d’entrée de la cité s’est rétréci à cause de la quantité considérable des déchets jetés. Il faut dire que le pôle urbain, Ahmed Zabana, manque de tas de moyens permettant aux citoyens de vivre dans la quiétude et pourtant, la population fait avec et prend son mal en patience, mais tout de même, regrette la nonchalance des autorités locales, censées assurer l’hygiène de l’environnement.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

AADL Ahmed Zabana. La cité perd son calme à cause des rixes

Les rixes entre bandes rivales, ...

La coupe du monde du Qatar booste les ventes des téléviseurs. Les années d’or reviennent pour les vendeurs à El Hassi

La Coupe du monde de ...

Es-Sénia ou Ain Beida pour pratiquer du sport. Manque d’infrastructures sportives à la cité AADL «Ahmed Zabana»

Le pôle urbain «Ahmed Zabana», ...

Son prix n’est toujours pas stable. La pomme de terre s’envole de nouveau

Au cours des derniers mois, ...

Cité AADL «Ahmed Zabana». A quand un marché couvert?

Après avoir chassé les vendeurs ...