Accueil » ORAN » Très faible engouement pour l’achat des articles scolaires

Très faible engouement pour l’achat des articles scolaires

Le report de la rentrée scolaire jusqu’au 21 octobre, pour les classes primaires et d’autres paliers, est tombé tel un couperet pour les fabricants et les importateurs des fournitures scolaires en particulier, lesquels s’attendent à plus d’engouement de la part des parents des élèves en ce qui concerne l’achat des fournitures scolaires. En effet, l’enthousiasme n’a pas atteint son comble et la réticence gagne le terrain sur une habitude annuelle qui était considérée comme étant une date incontournable de la vie de nos enfants. Il va sans dire que le virus mortel du Covid 19 a fait son effet sur l’économie nationale, mettant en échec tous les plans des importateurs surtout qui misaient sur une situation sanitaire plus sûre et encourageante, permettant la reprise des habitudes de consommation chez le citoyen algérien. Or, toute la chaîne de vente de fournitures scolaires, allant depuis le petit vendeur ambulant, jusqu’aux grossistes et puis les importateurs, demeure impuissante devant le constat enregistré, qui n’est autre que la prudence et réserve des parents quant à l’achat des articles scolaires. En fait, en comparaison avec la même période de l’année passée, les vendeurs d’articles scolaires n’ont pas encore pris le terrain dans les marchés et les coins de la ville pour étaler leurs marchandises. Les parents eux aussi ne sont pas pressés pour s’en procurer, du coup, le doute envahi les esprits et même les assurances des hauts responsables de l’Etat n’ont pas réussi à motiver les parents à se projeter vers l’avenir et survivre avec la pandémie. N’étant pas épargnés par la crise sanitaire ayant précipité des préjudices d’ordre économique, les librairies connaissent eux aussi un afflux faible de consommateurs. Dans l’expectative, les vendeurs comme les importateurs et producteurs espèrent que la décision du président de la nation de reprendre les études le 21 octobre sera bénéfique pour cette chaîne de vente qui compte un nombre important de main-d’œuvre. Reste à savoir si les prix des articles scolaires vont connaître une hausse ou resteront stables, mettant en considération que les importations étaient limitées à quelques produits importants.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...