Accueil » ORAN » Alors que la canicule pousse les citoyens vers les plages de la wilaya. Le transport demeure insuffisant

Alors que la canicule pousse les citoyens vers les plages de la wilaya. Le transport demeure insuffisant

Incontestablement, les plages sont des échappatoires pour tous ceux qui ne supportent pas ces fortes chaleurs qui sévissent ces derniers jours, sauf que cela dépend pour ceux qui peuvent s’y rendre. A vrai dire, les grandes villes proches des littoraux seront les plus privilégiées pour minimiser les effets de cette canicule et c’est le cas pour les habitants de la wilaya. Il faut dire que la vague de chaleur actuelle est exceptionnelle, mais d’une manière générale, les plages constituent un abri anti canicule naturel efficace dès qu’il fait très chaud en été, en raison des brises marines et de la fraîcheur de la mer. Cependant, cette échappatoire n’est pas donnée à tous les citoyens car désormais aller à la mer c’est tout un programme et un budget à fournir. En effet, un écueil de taille se dresse devant les femmes désirant se baigner et se rafraîchir dans les plages de la wilaya.
A vrai dire, pour ceux qui ne possèdent pas de véhicule, il est difficile de se rendre dans l’une des plages de la wilaya car si le départ peut être réalisé dans des conditions relativement tranquilles, en s’y rendant grâce au transport urbain, en revanche, le retour est parsemé d’embûches. En effet, il n’est pas sans savoir que des centaines de baigneurs restent coincés dans les plages par la faute du manque de transport. Le problème dure depuis des années et revient chaque été. Les plages sont prises d’assaut par les vacanciers et par tous ceux qui ne supportent pas les fortes chaleurs qui règnent à l’intérieur des terres. Encore faut-il avoir des vacances, mais les habitants des grandes villes proches des littoraux ne s’y trompent pas : après une journée passée au bureau et dans les embouteillages, les Oranais ne s’y trompent pas et se ruent sur les voies express menant à la plage la plus proche. Or, faut-il le souligner cette période est propice pour les taxis clandestins qui dictent leur loi allant à dépouiller les portefeuilles des baigneurs avec des navettes qui peuvent aller jusqu’à 3 000 DA. Le bonheur des uns fait le malheur des autres, c’est ce qui va avec le transport vers les plages de la wilaya. Un bilan plutôt positif pour le tourisme à Oran ; la canicule a poussé de nombreux citadins à déserter les villes pour de petites vacances improvisées, et l’annulation de voyages en Tunisie, Egypte et Turquie profite au tourisme local. Enfin, il est utile de rappeler que l’ETO a renforcé ses dessertes vers les plages de la wilaya, à l’instar des Andalouses, sauf que cela reste évidemment insuffisant pour une population locale et des touristes.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Du matériel neuf et moderne pour le port d’Oran. Objectif: atteindre les standards internationaux

Immense port de commerce, Oran ...

35 nouveaux bus pour désenclaver les nouveaux pôles urbains. L’ETO renforce sa présence

Afin de pallier au manqué ...

285 projets validés, 1.000 hectares à la disposition des investisseurs. L’heure à l’investissement

Hormis son potentiel naturel qui ...

AADL «Ahmed Zabana». Le transport urbain, une question sans réponse

En dépit des appels de ...

Un flux important de touristes durant cette fin d’année. Oran, une destination privilégiée

El Bahia tient son rang ...