Accueil » ORAN » Alors que c’est la saison des oranges. Les prix font fuir les consommateurs

Alors que c’est la saison des oranges. Les prix font fuir les consommateurs

Alors que la région se vante de posséder une grande variété d’agrumes et surtout d’être à l’origine de la clémentine, les ardoises affichées dans les marchés restent au-delà du raisonnable. En effet, on ne sait pas quelle mouche a piqué les producteurs, grossistes et détaillants, vu la cadence des prix des fruits et légumes en Tunisie pour ne citer que ces produits. Effet climatique ou pas, ce n’est pas la joie dans les marchés alors que nous sommes en pleine saison de récolte. Il faut avouer que la bataille des consommateurs pour obtenir des prix réguliers et homologués repart de plus belle, étant donné que la demande a doublé voire triplé, surtout que la population est en quête de vitamine C. Hormis quelques vendeurs qui préfèrent écouler le plus rapidement possible leur marchandise au lieu de la contempler durant toutes les heures de la journée, les prix affichés ne sont pas les mêmes au niveau de tous les marchés de la wilaya. Au point de créer une suspicion sur la rareté de cette marchandise, les commerçants inventent un tas de raisons qui ne reposent sur aucune logique, dira un citoyen qui trouve anormal que les oranges soient cueillies à quelque encablure du marché tandis que les prix sont hors de portée. En parcourant les rayons fruits et légumes du marché d’Eckmühl, les notes des ardoises salées dissuadent les consommateurs. Les oranges sont vendues entre 200 et 300 dinars le kilo alors que les oranges à jus sont les moins chères tandis que la clémentine et les oranges Thomson et Doux n’ont de doux que le nom. On croit rêver quand on trouve une autre variété d’oranges Thomson à 180 DA. Et pourtant, il n’y a pas longtemps, la ville de Misserghin avait abrité la fête des Oranges avec des visiteurs qui sont venus de partout dans le monde sauf que les prix restent le point noir car outre la qualité, les consommateurs sont en quête d’un bon prix. Jusqu’à présent, ce sont les malfrats des marchés qui dictent leur raisonnement avec des prix qui ne reposent sur aucun fondement logique.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...