Accueil » CHRONIQUE » Alerte…

Alerte…

La Confédération des syndicats autonomes «CSA», regroupant 29 syndicats, a annoncé une grève nationale de 2 jours, les 26 et 27 avril prochains. Les protestataires optent pour faire aboutir leur principale revendication, à savoir l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs de la Fonction publique. Cette décision a été prise lors de la réunion élargie qui s’est tenue, ce samedi, au siège de l’UNPEF à Alger. Dans un communiqué sanctionnant cette réunion, les syndicats ont indiqué avoir examiné « la situation sociale dangereuse des fonctionnaires et travailleurs algériens en raison de la dégradation du pouvoir d’achat et la hausse des prix des produits de large consommation». Relevant «la dangerosité de la situation sociale des fonctionnaires et de tous les travailleurs algériens qui présage d’une explosion et menace la paix sociale». Les syndicats ont également pointé «l’incapacité du gouvernement à juguler la hausse des prix et à mettre fin à la dégradation des services publics». Pour les syndicats, cette détérioration de la vie sociale est aussi et surtout le résultat de l’inflation et de la dévaluation du Dinar. Pour eux, les dernières décisions prises par le gouvernement à savoir la baisse de l’Impôt sur l’IRG, la révision de la grille indiciaire des salaires des fonctionnaires, sont « inutiles», en raison de l’«absence d’impact positif sur le pouvoir d’achat des travailleurs». La création d’un Observatoire national pour protéger le pouvoir d’achat est souhaitée par les syndicats tout en plaidant à ouvrir le dossier des régimes indemnitaires et l’actualisation des primes de zones. La situation dans laquelle se trouve la compagnie aérienne Air Algérie, notamment après les impacts de l’épidémie du covid-19, a poussé le Syndicat des pilotes de lignes algériens «SPLA» à tirer la sonnette d’alarme. Dans un communiqué rendu public ce dimanche 17 avril, la représentation syndicale a d’emblée tenu à «tirer la sonnette d’alarme quant au devenir de la compagnie nationale Air Algérie». Trois mois après la première grève des avocats contre la réforme du régime fiscal, introduit par la loi de finance 2022, le mouvement de protestation «suspendu», fin janvier, suite au lancement de discussions entre la Direction des impôts du ministère des finances et l’Union nationale des Ordres des avocats, devrait reprendre, hier, au niveau des tribunaux du pays. Ce qui laisse indiquer qu’il y a urgence où le gouvernement devrait ouvrir les voies du dialogue pour désamorcer cette bombe. Le gouvernement devrait penser à organiser la tripartite en incluant les syndicats autonomes au côté de l’UGTA, qui n’a pas plus donné signe de vie. Une telle grève pourrait faire sauter l’équipe gouvernementale.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De gros moyens contre les feux de forêts

Les dégâts causés par les ...

OPEP, réunion décisive en juin

L’OPEP approche un moment décisif ...

Cancer, tout pour un diagnostic précoce

En Algérie, environ 55 000 ...

Netanyahu isolé, la victoire de la Palestine!

Lundi, le procureur de la ...

L’Emir Abdelkader revient cette semaine!

Les historiens de la Commission ...