Accueil » RÉGIONS » Agriculture à Mostaganem. Le label une franche valeur ajoutée à l’export

Agriculture à Mostaganem. Le label une franche valeur ajoutée à l’export

La 2ème journée du Salon a été consacrée à des communications sur des thématiques pointues telles que la labellisation des produits agricoles. Une riche communication donnée par le Dr Kaddour Bouderoua, Directeur de l’Ecole Supérieure d’Agronomie. Dans son intervention, le Docteur s’est imprégné de la stratégie nationale pour assurer que les autorités algériennes ont prôné un nouveau modèle économique qui assigne à l’agriculture un rôle prépondérant. L’Algérie vise à atteindre l’objectif de 07 milliards de dollars US par des exportations hors hydrocarbures, indique l’intervenant. L’autre perspective poursuivie par la vision du gouvernement, c’est de faire baisser les tensions qui s’exercent sur la balance commerciale. Le constat sur le terrain est quelque peu morose car dans leur diversité nos produits agricoles, ceux du terroir, n’ont aucun nom reconnu et aucune origine certifiée. Nonobstant, cette situation est une entrave sérieuse à l’export des produits de la terre car les marchés d’intérêt internationaux sont d’une exigence très acérée en termes de normes et de certification des produits susceptibles de franchir nos frontières, explique-t-il. La terre en Algérie recèle un potentiel de produits incomparables mais ces derniers manquent de labellisation. Le Dr K.Bouderoua ajoutera que la labellisation est un prélude à toutes promotions des produits à l’exportation. De fait, elle consiste à l’attribution d’un signe distinctif qui permet de valoriser un produit dont le consommateur doit connaître le produit. Le label est perçu communément comme un élément d’identification qui est un produit d’un autre et son existence vient garantir certains aspects du dit produit, c’est donc synonyme d’une garantie de la qualité pour le consommateur. Le processus de labellisation en Algérie, invoquera l’interlocuteur, doit être allégé et fluidifié. Les produits qui sont susceptibles d’être pris en charge peuvent faire l’objet d’une indication géographique. La plupart des produits agricoles n’ont pas été promus comme produits spécifiques. La qualité et l’origine suscitent plusieurs contraintes tout d’abord, institutionnelles, territoriales et économiques qui font face à l’émergence des labels dans le contexte Algérien. Afin d’illustrer son constat, le Docteur prendra l’exemple de la culture maraîchère à Mostaganem pour dire que la wilaya est une zone pilote potentielle pour la labellisation pour les cas du poivron et de la tomate. La wilaya de Mostaganem est une région essentiellement agricole caractérisée par la variété pédologique des sols et une diversification des variétés. La wilaya connaît actuellement une activité agricole très importante. Au niveau de la wilaya de Mostaganem, le maraîchage couvre environ 45000 ha dont 5000 ha pratiqués en sous abris. Pour conclure, il assurera qu’au Ministère de l’Agriculture au moins 87 autres produits sont potentiellement susceptibles d’être labellisés.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Boulangeries à Mostaganem. Le pain brioché pour rançonner le consommateur

Dans leur majorité, les boulangers ...

Mostaganem. L’espace urbain chasse-gardée du commerce informel

Dans le contexte de l’urbanisation ...

Université de Mostaganem. Les sciences de l’alimentation au cœur des débats

Le premier séminaire international sur ...

Magmos (ex-Enafroid) de Mostaganem. Une structure industrielle à récupérer

A Mostaganem, un autre segment ...

Mostaganem. L’anarchie s’accentue faute de plaques de signalisation

A l’instar des autres communes, ...