Accueil » MONDE » Afghanistan. Le Panchir sous les talibans, vallée de villages fantômes

Afghanistan. Le Panchir sous les talibans, vallée de villages fantômes

Des marchés fermés où quelques anciens et des animaux perdus errent dans la poussière : le long de sa route principale, la province afghane du Panchir déroule des villages fantômes, désertés depuis sa brutale conquête par les ennemis talibans. Assis sous l’auvent d’une échoppe au rideau baissé, Abdul Ghafoor, un fermier de 50 ans, contemple son village de Peshjrur désert, comme figé par le soleil écrasant. Avant l’arrivée des talibans fin août, « près de 100 familles vivaient » sur ce flanc de colline rocailleux qui domine la vallée, explique-t-il. « Il n’en reste plus que trois maintenant. Tout le monde a fui, la plupart à Kaboul », poursuit-il. En contrebas, à Malaspa, sur un pré verdoyant bordant la rivière Panchir où les villageois se croisaient à toute heure de la journée, il n’y a plus âme qui vive, à part un âne et Khol Mohammad, 67 ans, qui s’approche en claudiquant. Le tableau est le même dans trois districts visités par l’AFP mercredi. La province en compte sept, dont d’autres moins stratégiques et plus reculés où l’intrusion des talibans a été moins massive et contestée, et l’exode moins important, selon des sources locales. Le long de la rivière Panchir, seules quelques rares échoppes, des boulangeries souvent, sont ouvertes. Le reste n’est qu’une enfilade de boutiques et maisons aux portes closes, le long desquelles paissent quelques chèvres, ânes ou chevaux plus ou moins abandonnés. « Il ne reste personne, à part les anciens, et les pauvres qui n’ont pas les moyens de partir », explique Abdul Wajid, 30 ans, resté lui pour veiller sur la maison familiale. Personne, à part les combattants talibans postés sur des barrages ou fonçant sur la route à tombeau ouvert, entassés dans des jeeps ou pick-ups saisis à l’ancien gouvernement. Une vision d’horreur pour les Panchiris, qui se targuaient jusqu’ici de ne jamais avoir laissé quiconque asservir leur vallée. Et surtout pas les talibans, leurs ennemis jurés depuis plus de 20 ans et l’époque de leur célèbre commandant Ahmad Shah Massoud. Certains, menés par le fils de Massoud, Ahmad, ont tenté de résister. Le long de la route, les carcasses tordues et renversées de véhicules détruits par les tirs de roquettes et autres armes lourdes en témoignent.

À propos lecarrefour dalgerie

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sanctions contre le Mali. La Cédéao tente de se justifier

Ce jeudi 27 janvier 2022, ...

Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso

Les Etats ouest-africains se réunissent ...

Mali – Cédéao. L’Union africaine veut relancer le dialogue

Une délégation de l’Union africaine ...

Partygate. Retour sur les dates de ce scandale qui risque de faire chuter Boris Johnson

L’étau se resserre autour de ...

Ukraine. Le bras de fer entre les Etats-Unis la Russie s’intensifie

La Russie a lancé, mardi ...