Accueil » ORAN » Afflux remarquable sur le marché hebdomadaire d’Arzew. Saleté, anarchie, lorsque le client paye pour devenir malade

Afflux remarquable sur le marché hebdomadaire d’Arzew. Saleté, anarchie, lorsque le client paye pour devenir malade

Apparemment, à Arzew, le stade de Souk ne quitte pas les esprits des habitants, car on y est toujours, si l’on excepte les véhicules utilitaires qui servent d’étals aux nombreux bonnetiers (marchands de chaussures), le reste de la marchandise est exposé dans une effroyable anarchie, un bric-à-brac mélangé de saleté de poussière et de puanteurs. Réservé soi-disant, aux fruits et légumes, cela permettrait à tout visiteur qui a le courage de s’engouffrer dans ce labyrinthe entre les étals, de voir des détergents et insecticides, être côtoyés étroitement à gauche par ceux de fruits et légumes avec des fruits découpés et mis à la disposition des clients qui n’hésitent pas à apprécier leur saveur; à droite, ce sont de longs étals de vendeurs d’épices composées de plusieurs dizaines de variétés, exposées à l’air libre, sans protection dans de petits sacs en jute ouverts qui constituent de véritables réceptacles de couche fine de poussière et autres impuretés qui enveloppent ce marché comme un halo de brume. Même les viandes, rouge et blanche, sont exposées à la poussière tandis que les clients ne pensent qu’aux prix affichés sans se préoccuper des dangers qui s’ensuivent à la suite de la consommation de produits qui ne sont pas vérifiés. Il suffirait d’un simple raisonnement logique et sachant que l’écrasante majorité des clients de ces marchés sont issus des couches sociales défavorisées pour conclure qu’ils ne sont pas nombreux ces citoyens qui peuvent se séparer d’une bonne partie de ces emplettes à moitié pourries après les avoir payées au prix fort. Or, c’est la culture des Oranais d’Arzew qui favorise ces pratiques de vente de produits parfois périmés et incontrôlés. D’ailleurs, s’il n’y avait pas de clients, personne n’aurait daigné étaler des produits risqués. Enfin, l’état de ce marché appelle à une réaction sans délais des pouvoirs publics pour y mettre de l’ordre et réduire cette inextricable anarchie qui se répercute négativement sur la santé publique.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les résidents du Pôle urbain Ahmed Zabana outragés. Pas une seule goutte d’eau dans les robinets

Alors que les résidents du ...

Déficit en infrastructures au Pôle urbain « Ahmed Zabana ». La rentrée scolaire met à nu les carences de la cité

La ville que les autorités ...

Les enfants transférés sans être avisés. Un nouveau CEM décidé dans l’urgence à la cité AADL Ahmed Zabana?

La rentrée scolaire n’a pas ...

Distribution du lait en sachet et huile de table à Arzew. Une production pour réaliser l’autonomie

Pourquoi la pénurie de l’huile ...

Pôle urbain Ahmed Zabana. Un CEM suffira-t-il pour toute une cité?

La nouvelle rentrée scolaire ne ...