Accueil » RÉGIONS » Affaire du doyen de la faculté des sciences de gestion économique de Bouira. Les étudiants agresseurs bénéficient de la relaxe

Affaire du doyen de la faculté des sciences de gestion économique de Bouira. Les étudiants agresseurs bénéficient de la relaxe

La cour de Bouira a prononcé, la relaxe au bénéfice de 12 étudiants poursuivis pour séquestration d’une personne sans ordre de l’autorité compétente et en dehors des situations que réclame la loi, outrage à fonctionnaire dans l’exercice de sa fonction et menace. Tandis que le représentant du ministère public avait requis entre 15 ans d’emprisonnement fermes à leur encontre. Par contre, un étudiant qui ne s’est pas présenté à l’audience, s’est vu requérir une peine de 10 années d’emprisonnement fermes par défaut de présence. Les 12 étudiants avaient le 21 mars de l’année 2018 commis des actes de séquestration, d’atteintes aux biens de l’Etat, et de menaces sur la personne du doyen de la faculté des sciences économiques et de gestion des sciences commerciales de l’université Akli Mohand Oulhadj, (C.F) Pour rappel, à la date du 21 mars de 2018, la faculté des sciences économiques et de gestion des sciences commerciales, a vécu un acte répréhensible qui venait d’être commis par un groupe d’étudiants qui ont fait irruption dans le bureau du doyen et l’ont retenu de force par la menace. La séquestration s’est prolongée de 15h30 à 22h30, selon l’arrêt de renvoi. Poussant ainsi le doyen (C.F) à sauter par la fenêtre de l’immeuble pour s’extirper des mains de ces étudiants menaçants, après qu’ils aient essuyé un refus catégorique à leurs demandes incessantes qui se rapportaient au changement des notes d’examen par la menace. D’autres enseignants avaient rapporté en ce temps-là, que le doyen a vécu de pires procédés d’humiliation, d’intimidation et de torture psychologique, qui ont contraint ce dernier à sauter par la fenêtre de son bureau. Cette violence lui a provoqué des fractures et des ecchymoses, qui lui ont valu un long congé de maladie. Nous saurons également que par exigence d’éloigner l’université de toutes les formes de rivalités et de calculs politiques, en étant une plateforme pour la diffusion de la science et des bonnes mœurs seulement, les étudiants impliqués dans cette agression caractérisée sont en nombre de 12, et avaient fait l’objet d’enquête par la brigade criminelle de la sûreté de wilaya. En plus, de l’avocat mandaté par l’université qui a pris la défense du doyen, d’autres avocats et enseignants d’Université se sont portés volontaires afin de défendre la cause du professeur qui a été offensé. Selon un enseignant de droit « les étudiants étaient poursuivis pour 3 délits, à savoir la séquestration, la menace de mort et l’atteinte aux biens de l’Etat. A noter, que ces étudiants de la faculté des sciences économiques et de gestion des sciences commerciales, avaient été exclus pour 2 ans d’interdiction d’accès à l’université Akli Mohand Oulhadj, suite au conseil de discipline devant lequel ils avaient comparu, il y a plus de 2 années de cela. A noter que le représentant du ministère public, à savoir le procureur général a introduit un appel à cet effet.

À propos Hocine Taib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Bouira Un coiffeur tué à coups de ciseau par son voisin

Ce samedi, vers 14 H, ...

Bouira. Il écrase son fils de 4 ans en faisant marche arrière

Terrible drame dans une exploitation ...

Bouira. 02 morts et 03 blessés dans un accident

Les éléments de la Protection ...

Bouira. La tête d’un ouvrier happée par une machine

L’ouvrier qui répond aux initiales ...

Bouira. Plusieurs vols de câbles électriques constatés

Dans un communiqué rendu public ...