Accueil » MONDE » Accusée de soutenir la junte au pouvoir. Manifestation contre la France au Tchad

Accusée de soutenir la junte au pouvoir. Manifestation contre la France au Tchad

La colère monte au Tchad. «Non à la colonisation», «La France, dégage!»: plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à N’Djamena contre la présence de la France dans le pays, qu’elles accusent de soutenir la junte militaire au pouvoir. Des manifestants ont brûlé au moins deux drapeaux de l’ancienne puissance coloniale et vandalisé plusieurs stations-service Total, arrachant des pompes et emportant certains produits exposés. Douze policiers ont également été blessés, selon un responsable policier qui a requis l’anonymat. Cette manifestation, organisée par la plateforme d’opposition de la société civile Wakit Tamma, avait été autorisée par les autorités. Un fort dispositif policier entourait le cortège et était déployé dans la ville. Dans la soirée, le gouvernement a réinvité «tous les Tchadiens à se joindre plutôt au processus de dialogue inclusif» devant déboucher sur des «élections libres et démocratiques» après une transition de 18 mois. Le ministre de la communication Abderaman Koulamallah a aussi «exprimé sa reconnaissance à la communauté internationale et aux pays amis, notamment à la France, pour leur soutien constant au peuple tchadien dans cette phase de la transition». Le 20 avril 2021, l’armée annonçait que le président tchadien Idriss Déby Itno, à la tête d’un pouvoir très autoritaire depuis 30 ans, avait été tué au front contre une énième rébellion. Le même jour, son fils Mahamat Idriss Déby Itno était proclamé par l’armée «président de transition» à la tête d’une junte composée de 15 généraux. Il a alors dissous immédiatement le Parlement, congédié le gouvernement et abrogé la Constitution. Il était aussitôt adoubé par la communauté internationale – France, Union européenne et Union africaine en tête, alors que les mêmes sanctionnent des militaires putschistes ailleurs en Afrique. Lors de la marche samedi, plusieurs élèves et collégiens sur des motos ont rejoint les manifestants, entonnant en chœur «La France, dehors». «Je manifeste parce que la France veut encore nous imposer le système Deby», a lancé un jeune lycéen, bandeau blanc sur la tête. «Nous nous réjouissons que les Tchadiens prennent de plus en plus conscience de notre lutte et nous rejoignent», a pour sa part indiqué Max Loalngar, coordinateur de la plateforme Wakit Tamma. «La France installe des dictateurs sur notre tête. Nous demandons juste que notre peuple soit respecté».

À propos Carrefour

x

Check Also

France. Les agriculteurs en colère à nouveau dans les rues de Paris

Avant l’ouverture du Salon de ...

Le Carrefour de Mostaganem

Douane. L’Inspection Divisionnaire à pied ...

Cessez-le-feu immédiat à Ghaza. Le Conseil de sécurité échoue à faire aboutir les efforts de l’Algérie

Le Conseil de sécurité des ...

3000 requêtes réceptionnées en 2023 par le Médiateur de la république de la wilaya. Plus de 240 dossiers d’investisseurs reçus et transmis au wali

L’usine Renault, production d’Oued Tlélat, ...

Ghaza. 26 pays de l’UE appellent à une «trêve humanitaire immédiate»

Vingt-six Etats membres de l’Union ...