Accueil » ORAN » AADL Ahmed Zabana. Les transports de la ligne «D» refusent de remettre le ticket

AADL Ahmed Zabana. Les transports de la ligne «D» refusent de remettre le ticket

Alors que les citoyens appellent à une meilleure gestion du transport public, les actes d’incivisme et de violence verbale ne cessent de se produire quotidiennement. En effet, un des signes les plus visibles qui témoignent de l’anarchie qui règne en ce moment dans le transport urbain, est sans conteste l’abandon de la remise du ticket de bus au voyageur. Et c’est le cas, pour les bus de la ligne nommée « D », dont la majorité ne remet pas les tickets aux usagers. Et pourtant, le transporteur est obligé de le remettre à la personne qui monte dans le bus, or c’est le contraire qui se fait quotidiennement. Les transporteurs ne se sentent pas dans l’obligation de le remettre et font les sourds-muets tandis que les usagers sont en droit de l’exiger. D’ailleurs, la réglementation du transport public est bien connue et le droit du consommateur ne doit pas être bafoué. Pour certains, l’usager du bus est aussi pour quelque chose dans l’état actuel du transport urbain.
Ils le considèrent comme le premier niveau de contrôle de qualité pour cette activité. Mais quand on demande aux usagers leur avis, certains avouent que le ticket, c’est leur dernier souci et que l’essentiel pour eux est de trouver un bus et d’arriver à bon port. D’autres estiment que, de par leur propre expérience, ça ne sert à rien de réclamer un ticket. «On a beau essayer, ça ne marche pas, le receveur fait toujours la sourde oreille ou prétend qu’il n’en a pas», avouent-ils.
Du côté des transporteurs privés de l’urbain, la non remise du ticket est assumée sans complexe, pour des raisons terre à terre. Pour l’un d’eux, imprimer régulièrement des tickets, c’est d’abord un coût d’exploitation supplémentaire. Enfin, il est utile de rappeler que la remise du ticket demeure essentielle car c’est grâce à cette preuve que l’usager pourrait revendiquer un oubli ou carrément déposer plainte contre les agressions verbales dont ils font l’objet.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...