Accueil » ORAN » AADL Ahmed Zabana. Le marché de fortune gagne du terrain

AADL Ahmed Zabana. Le marché de fortune gagne du terrain

«En fin de compte les craintes des résidents sont fondées», se préoccupent et s’insurgent quelques personnes qui habitent les îlots érigés à l’entrée de la cité AADL Ahmed Zabana. Les craintes émises par les résidents concernent a priori la situation de l’environnement de la cité qui s’est dégradé à cause principalement du marché de fortune créé par des vendeurs à la charrette. Une réalité quotidienne qui empoisonne depuis des mois les relations entre les résidents et les vendeurs. Une situation préoccupante qui risque de mettre en péril la sérénité de tout un chacun étant donné que personne n’est indifférent à ce qui arrive à une cité qui n’a pas terminé ses trois ans. En effet, la saleté et les déchets jonchent les boulevards, les ruelles sont constamment fermées à la circulation, alors n’en parlons pas des trottoirs qui sont pris de forces par les squatteurs. Très attachés à la cité, les résidents ont à maintes reprises appelé à l’intervention de la gendarmerie nationale, incitant par là même l’APC à trouver une solution fiable pour cet embarras de taille en édifiant des marchés couverts permettant à ses ambulants d’activer en toute légalité sans qu’ils puissent ternir l’image de la cité. Il faut dire que les appels des résidents n’ont pas trouvé une oreille attentive, en particulier des vendeurs à la sauvette qui ne se sentent pas concernés par le bienêtre des résidents, mettant leur profit avant tout autre considération. En fait, les saletés qu’ils occasionnent par sa tenue quotidienne et l’anarchie commerciale qui y règne, ont fait de la cité une énorme décharge sauvage. Véritable point noir mitoyen des immeubles de la cité de 400 logements, le marché d’occasion représente un casse-tête quotidien pour les riverains.
Depuis quelques mois, une puanteur insupportable s’abat sur les immeubles avoisinant le marché. Cette odeur provenant d’un marché où un tas d’ordures, de sacs en plastique, cartons, emballages vides, plastique et déchets de légumes pourrissent la vie des citoyens. Dans le voisinage de ce « souk» c’est l’indignation totale. Sur place le constat est désolant : des tas d’ordures s’étalent en amas et les caissons sur place sont insuffisants par rapport au volume de déchets générés quotidiennement. Les habitants tolèrent de moins en moins cet état de fait, des quantités énormes d’ordures sont produites chaque jour par ce marché, avec les moyens de collecte limités de la commune, les ordures s’amoncellent et donnent à voir un paysage pour le moins inesthétique, de plus les odeurs qui se dégagent sont insupportables surtout en période de chaleur et rendent la vie dure aux habitants des bâtiments alentour. Enfin, les risques d’éclatement de rixes ne sont pas à écarter étant donné que des accrochages sont enregistrés quotidiennement entre vendeurs et résidents révoltés.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...