Accueil » ORAN » A quand un transport digne d’Oran

A quand un transport digne d’Oran

Le transport public n’est pas le point fort à Oran. Plus malheureux encore, son état ne cesse de se détériorer ces dernières années, bus bondés, retards automatiques, horaires indisponibles, arrêts introuvables etc….. Ceci frappe de plein fouet toute l’activité économique et le développement social à différents niveaux, la productivité des citoyens diminue du fait de la fatigue due au transport et du temps perdu. La pollution augmente du fait de l’engorgement des réseaux de transport. Le citoyen trouve, surtout aux heures de pointe et surtout les journées de mauvais temps, de plus en plus de difficultés pour se déplacer et se rendre à son travail dans des conditions de dignité, de sécurité et de confort. Serrés comme des sardines dans les transports en commun, est-ce que c’est bien compatible avec les diverses maladies saisonnières ? Il n’est pas rare de voir, par exemple, des bus bondés, aux arrêts de bus à Valéro, Es Seddikia Belgaid, Benokba et dans toutes les autres destinations. Durant les journées de grande affluence comme lors des fêtes, congés scolaires et universitaires, les stations de bus sont assaillies par les citoyens qui trouvent avec beaucoup de peine et de sacrifice, une place dans un quelconque moyen de transport, spéculation, arnaque et transport illicite deviennent la règle

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Circulation routière et transport public. Les grands points noirs de la ville

L’un des points noirs dont ...

Commerce informel. Terrains agricoles squattés et exploités illicitement

La réglementation en matière d’urbanisme ...

Prolifération de chiens errants. Incivisme, laisser aller et inquiétude

Ecumant les cités à la ...

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...