Accueil » CHRONIQUE » A l’indemnisation des Algériens ?

A l’indemnisation des Algériens ?

Emmanuel Macron a demandé au nom de la France, lundi 20 septembre, pardon aux harkis, 60 ans après la guerre d’Algérie. Le chef de l’Etat a également promis une loi de réparation avant la fin de l’année. Il a promis qu’un projet de loi de reconnaissance et de réparation verra le jour avant la fin de l’année. Face aux anciens soldats ayant combattu au sein de l’armée française pendant la guerre d’Algérie, il a ensuite présenté ses excuses. «Je demande pardon. Nous n’oublierons pas», a-t-il déclaré. Très émue, une femme a interrompu le discours du président. «Je ne peux pas par des mots réparer (…) 60 ans de la vie de notre Nation», a poursuivi Emmanuel Macron. La France avait tourné le dos aux Harkis, juste après l’indépendance de l’Algérie. Une partie de ces supplétifs, abandonnés par Paris, ont été victimes de représailles en Algérie. Des dizaines de milliers d’autres ont été transférés en France dans des camps de transit aux conditions de vie indignes. En 2016, le président socialiste avait reconnu «les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis». Les associations qui disent représenter une communauté d’environ 400.000 personnes (harkis et descendants), réclament également une revalorisation des indemnisations existantes. En septembre 2018, la secrétaire d’Etat aux Armées, Geneviève Darrieussecq, avait présenté un « plan harkise comprenant le déblocage de 40 millions d’euros sur quatre ans pour revaloriser les pensions des anciens combattants et venir en aide à ceux de leurs enfants qui vivent dans la précarité. Le président français voudrait, à tout prix, réhabiliter la France avec son histoire en assumant ses actes «odieux». Le dossier des Harkis en est un. Mais qu’en est-il pour les autres dossiers liés à la tragédie Algérie. Les «Harkis», c’est une affaire purement française où les harkis et enfants de Harkis sont des citoyens français et votent aujourd’hui. Donc, ils ont un poids «politique». Macro n’a rien fait de concret pour les Algériens victimes de la guerre d’indépendance et des «supplices» français. La France a certes reconnu la guerre d’Algérie alors qu’auparavant ils ne parlaient que d’événements Algérie. Avant cette guerre e 54, la France a commis des carnages et des crimes contre l’Humanité comme les enfûmades de la Dahra, le 8 mai 45 et tant d’autres. Durant la guerre, des femmes, des enfants et vieillards ont été victimes d’une violence inouïe. La France a, dans la guerre, déplacé des populations en s’appuyant sur les sections administratives spécialisées «SAS» créées dès 1955 en France par un arrêté du 26 septembre 1955 où le but n’était que de couper tout lien avec la population paysanne avec le FLN. Dans l’Aures, en Kabylie, à Oran, à Mascara et ailleurs, des douars ont été décimés, vers 1959. La question des disparus de la guerre d’Algérie est juste effleurée par la France où il reste beaucoup de travail à faire sur ce dossier épineux et lourd. A aucun moment, la France n’a parlé d’indemnisation. Et pourtant, de 1830 à 1962, la France a spolié notre pays.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’OPEP optimiste face aux incertitudes!

Mardi, les prix du pétrole ...

Le Covid qui intrigue toujours !

Selon une étude sur la ...

La chute du blé, une aubaine pour l’Algérie!

Suite à une baisse des ...

L’Algérie à l’heure de la transition énergétique

L’Algérie possède un potentiel considérable ...

Gaza face à l’insécurité alimentaire!

L’ONU et plusieurs ONG ont ...