Accueil » ACTUALITE » A la veille de la rentrée scolaire. Hausse abusive des prix de produits alimentaires

A la veille de la rentrée scolaire. Hausse abusive des prix de produits alimentaires

Il ne manquait que ça. A deux doigts de commencer, la rentrée scolaire 2020-2021 fait déjà “planter” le pire aux ménages avec les dernières augmentations abusives du prix des produits alimentaires. Le commun des mortels qui s’attendait en prévision de cette échéance à une hausse de prix des manuels et livres scolaires, aura appris à ses dépens. Le citoyen lambda qui n’arrive pas à joindre les deux bouts, à cause de son porte-monnaie suffisamment écorché par les dépenses de la rentrée scolaire, devra se “creuser” les méninges pour venir à bout des prix des produits alimentaires ! Et pour cause, les prix des produits dits stratégiques notamment le sucre, l’huile, le café et certains produits agricoles ont enregistré une forte hausse ces derniers jours. Les Algériens qui restent bouche bée devant cette flambée, pour le moins “subite” des prix des produits “du jour” qu’ils consomment, n’en reviennent pas. Un certain sentiment de désarroi est même manifesté sur la bouche des consommateurs habitués, durant la période du Covid-19, à une accalmie relative des prix. Ils restent interloqués par ce revirement des prix qui basculent d’un coup et contrairement aux prévisions, vers l’imaginaire alors que les pouvoirs publics ont, de tous temps, rassuré par leurs discours, quant à la disponibilité des produits, de façon qu’ils soient accessibles aux ménages avec des prix “ préférentiels”. Ces derniers commencent d’ailleurs à monter leurs “harpons “et exprimer leur inquiétude à la veille d’une rentrée scolaire suffisamment houleuse, à cause des mesures prises par les établissements scolaires, dans le cadre du protocole sanitaire. Cela dit, et alors que des ménages n’ont pas encore pansé leur “blessures” des suites des décès de leurs parents ou proches pour cause de Covid, voilà que l’inattendu se profile. Il s’agit d’une augmentation des prix que certains attribuaient à l’effondrement de la valeur du dinar, ces jours-ci, et aux frais imposés aux importateurs. L’association de protection des consommateurs a mis en garde contre le fait de profiter de la préoccupation pour la campagne référendaire et du manque d’explications convaincantes de la part des autorités compétentes, pour hausser les prix de certaines denrées alimentaires non spéculatives et l’épuisement des poches des citoyens algériens. Aux centres commerciaux et aux magasins de produits alimentaires destinés à la vente au détail, les propriétaires ont confirmé avoir modifié la liste des prix de nombreux articles dont des plus importants tels le lait, les pâtes, l’huile, la confiture, le café, les produits de nettoyage et les œufs. Ces augmentations varient selon les commerçants entre 05 DA et 30 DA, ce qui a provoqué un mécontentement généralisé parmi les citoyens dont certains ont décidé de boycotter certains biens de consommation qui ont connu une hausse de 10%. Quant aux denrées alimentaires qui ont récemment connu une hausse des prix, les pâtes arrivent en tête avec les incréments allant de 05 à 10 DA, le lait pour bébé de 30 DA et les cartons de lait d’une capacité d’un litre, qui ont augmenté de 10 DA. Les hausses ont également inclus le café de 05 DA et les bouteilles d’huile d’une capacité de 02 litres et 05 litres de 10 et 15 dinars ainsi que les boîtes de confiture de toutes sortes qui ont augmenté de 10 dinars, sans oublier divers produits de nettoyage dont les prix sont passés de 10 à 20 dinars. Réagissant à ces augmentations de prix, le responsable de la fédération nationale des grossistes en alimentation, Said Kebili, a déclaré que de nombreux propriétaires de magasins de détail profitent des circonstances et des rumeurs diffusées via « facebook » pour spéculer sur les prix. Des prix qu’il juge injustifiés dans de nombreux cas. Il affirme que certaines denrées alimentaires, fabriquées localement, sont disponibles et ne peuvent être en excès. Il dit regretter l’ambiguïté et l’absence de déclarations officielles concernant les augmentations de prix.
A ce sujet, Zaki Hariz, président de la confédération algérienne des consommateurs, a attribué les hausses soudaines des prix de certaines denrées alimentaires, à l’absence de données officielles sur les prix et les raisons de leur hausse, surtout qu’on parle, simplement dans les médias, de l’intention d’augmenter certains produits et de lever les subventions sur certains d’entre eux. Et en faisant la promotion sur facebook, de nombreux spéculateurs se précipitent pour s’approvisionner en consommables nécessaires et attendent l’opportunité d’augmenter – et de manière aléatoire – leurs prix, loin de la censure.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

05 éléments de soutien neutralisés et des bombes détruites en une semaine. La traque des résidus terroristes continue

L’Algérie qui a réussi à ...

Licences d’importation automobile. Les précisions du GCA

Le secteur automobile est mal ...

Rapport de la banque mondiale sur la situation économique en Algérie. Une nette amélioration

L’Algérie a renoué dès l’année ...

Y a-t-il une volonté d’un pourrissement de la ville Prolifération des ordures, un «crime» contre l’environnement?

«Inquiétant, n’est pas encore le ...

L’anglais dès cette rentrée pour les élèves du primaire. Un million de livres imprimés

C’est la course contre la ...

%d blogueurs aiment cette page :