Accueil » MONDE » A cause des guerres et crises. Plus de 82 millions de personnes déplacées de force dans le monde
Rescuers help a migrant disembark from a Spanish coast guard boat in the port of Arguineguin, on the island of Gran Canaria, Spain June 4, 2021. REUTERS/Borja Suarez

A cause des guerres et crises. Plus de 82 millions de personnes déplacées de force dans le monde

Pour la septième année consécutive, la Turquie a accueilli la plus importante population de réfugiés au monde (3,7 millions), suivie par la Colombie (1,7 million), le Pakistan (1,4 million), l’Ouganda (1,4 million) et l’Allemagne (1,2 million). Malgré la pandémie, le nombre de personnes fuyant les guerres, les persécutions et les exactions a atteint un record de 82,4 millions, un chiffre deux plus élevé qu’il y a dix ans, selon le HCR. Selon le rapport annuel de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés publié vendredi, le nombre de réfugiés, de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et de demandeurs d’asile a progressé de 4% en 2020 par rapport au chiffre déjà record de 79,5 millions fin 2019. 2020 représente ainsi la neuvième année de hausse continue des déplacements forcés dans le monde. Pendant la pandémie, « tout s’est arrêté, y compris l’économie, mais les guerres, les conflits, la violence, les discriminations et les persécutions – tous ces facteurs qui poussent les gens à fuir – ont eux continué », a expliqué le chef de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi. Aujourd’hui, 1% de l’humanité est déplacé et il existe deux fois plus de « personnes déracinées » qu’il y a dix ans quand le nombre total atteignait environ 40 millions, s’inquiète le HCR. Fin 2020, le monde comptait 30,3 millions de réfugiés et autres personnes déplacées de force hors de leur pays, dont 5,7 millions de réfugiés palestiniens et 3,9 millions de Vénézuéliens. Et les demandeurs d’asile représentaient 4,1 millions de personnes. Mais « le grand saut concerne le chiffre des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays », qui s’élève maintenant à 48 millions, « un nombre sans précédent », a souligné M. Grandi, lors de la présentation du rapport. Principalement engendré par les crises en Ethiopie, au Soudan, dans les pays du Sahel, au Mozambique, au Yémen, en Afghanistan et en Colombie, le nombre de déplacés internes a augmenté de plus de 2,3 millions l’an dernier. L’an dernier, plus des deux tiers de toutes les personnes ayant fui à l’étranger étaient originaires de seulement cinq pays : Syrie (6,7 millions), Venezuela (4 millions), Afghanistan (2,6 millions), Soudan du Sud (2,2 millions) et Birmanie (1,1 million). Les jeunes, filles et garçons, de moins de 18 ans représentent 42% de toutes les personnes déracinées. Et selon les estimations du HCR, près d’un million d’enfants sont nés en tant que réfugiés entre 2018 et 2020. « La tragédie de tant d’enfants nés en exil devrait être une raison suffisante pour faire beaucoup plus d’efforts pour prévenir et mettre fin aux conflits et à la violence », a soutenu Filippo Grandi.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid-19. La Chine annonce un allègement général des restrictions

Après un allègement des restrictions ...

Mort de Shireen Abu Akleh. Al Jazeera soumet l’affaire au procureur de la CPI

La chaîne de télévision qatarie ...

Covid-19, grippe et bronchiolite. La France face à une «triple épidémie» inédite

Entre une neuvième vague de ...

Etats-Unis. Au moins 25 millions d’Américains menacés par le mauvais temps

«Une succession d’orages graves ? ...

Iran. Plus de 300 morts depuis le début des manifestations

Un premier bilan officiel, qui ...