Accueil » ACTUALITE » 7.000 enfants ont perdu leurs familles et 1,2 million de personnes souffrent de traumatismes psychologiques. Le monde a abandonné Ghaza

7.000 enfants ont perdu leurs familles et 1,2 million de personnes souffrent de traumatismes psychologiques. Le monde a abandonné Ghaza

L’étau se resserre de plus bel sur les civils de Ghaza et rien ne présage une issue clémente tant c’est le dialogue de sourds chez la communauté internationale. Manifestement ce sont les enfants qui paient le lourd tribut pour une guerre qu’ils n’ont pas choisie ni souhaitée du moins. Aujourd’hui, 7.000 enfants ont perdu leurs familles à cause de cette guerre impensable et sordide que mène Israël contre Ghaza. «On nous a abandonnés et livrés à nous même», c’est la triste déclaration sentence de plusieurs réfugiés palestiniens de Ghaza en proie à un crime humanitaire à Rafeh depuis les massacres génocidaires israéliens perpétrés depuis le 7 octobre, et face au silence complice de la communauté internationale malgré toutes les résolutions et toutes les chartes de protection des droits humanitaires fondamentaux. Le monde a abandonné Ghaza, c’est un fait au moment où paradoxalement l’entité sioniste continue ses agressions contre la bande. Les annonces des bilans lourds et atroces sur les morts palestiniens et les dégâts humanitaires ne font du reste que meubler l’actualité internationale au lieu d’actions concrètes et décisives de l’ONU afin d’aboutir à un cessez- le- feu rapide et inconditionnel à Ghaza. De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) tire la sonnette d’alarme. Il annonce mercredi dans un communiqué que 7.000 enfants palestiniens ont perdu leur famille à cause de la guerre dans la bande de Ghaza, tandis que le Croissant-Rouge palestinien a averti que plus de 1,2 million d’enfants souffrent d’un traumatisme psychologique résultant de l’agression israélienne en cours contre la bande de Ghaza assiégée, coïncidant avec l’augmentation du nombre de martyrs palestiniens à 28 576 depuis le début de l’agression contre la bande de Ghaza, le 7 octobre dernier. Ces chiffres qui ont assez de quoi faire froid au dos s’ajoutent aux 8000 enfants morts, des milliers de décès laissés sous les décombres faute d’engins et de matériel de secours sans parler d’un certain nombre de personnes encore en vie sous les décombres du fait des derniers massacres sur près de 30.000 personnes mortes. Soit une vraie catastrophe jamais égalée dans l’histoire de l’humanité tant tous les qualificatifs refusent les comparaisons où rien de tel n’a été vu ou su depuis la création du monde. Tout compte fait, selon le ministère palestinien de la Santé, le nombre de victimes de l’agression israélienne en cours contre la Bande se rapproche de 29000 martyrs et 68 291 blessés. Ce ministère note dans ce sens que l’occupation a commis des centaines de massacres dans la bande de Ghaza. Alors que Ghaza continue à compter ses morts, les terribles images de corps de Ghazaouis déchiquetés, défigurés ou sur les routes à cause des interdictions de circuler faites par Israël aux ambulanciers, font le tour de médias arabes et étrangers sans pour autant qu’elles fassent échos de la communauté internationale qui au contraire, accorde soutien armement et compassion aux Ukrainiens face aux Russes un «Deux poids une mesure» selon les observateurs de questions du Proche Orient. Les très rares hôpitaux encore en activité dans la Bande avec leurs médecins n’ont pas été non plus épargnés par le silence de la communauté internationale. Et comme cela ne suffit plus, un certain nombre de victimes encore sous les décombres et sur les routes à cause de l’occupation qui empêche les ambulances et les équipes de la protection civile attend qu’on leur prête secours. Les médias palestiniens ont rapporté que l’armée d’occupation israélienne avait forcé les personnes déplacées du complexe médical Nasser à Khan Yunis, au sud de la bande de Ghaza, après des semaines de siège et de tirs de tireurs d’élite, personnes présentes au complexe médical Nasser à Khan Yunis à le quitter. Nibal Farsakh, responsable des médias au Croissant-Rouge palestinien, a déclaré hier, selon la chaîne d’information du Caire, que plus de 1,2 million d’enfants souffrent de traumatismes psychologiques à la suite de l’agression israélienne contre Ghaza. Un manque de nourriture et d’eau potable, confirmant que 700 000 cas ont été signalés, dont la plupart sont des enfants de la bande de Ghaza atteints de maladies infectieuses, notant que l’armée d’occupation fait obstacle au processus d’acheminement de l’aide dans la bande de Ghaza, y compris des médicaments nécessaires pour traiter les maladies. Le responsable des médias du Croissant-Rouge a souligné que les Palestiniens de Rafah, au sud de Ghaza, vivent dans des conditions difficiles et que toute opération militaire fera des milliers de victimes, et que l’occupation cible délibérément les hôpitaux de Khan Yunis pour les mettre hors service. L’organisation des Nations Unies a averti que les enfants de Ghaza sont exposés à des maladies graves telles que la pneumonie et la polio, et a indiqué avoir travaillé avec ses partenaires pour fournir 962 550 doses de vaccins en décembre dernier. Dans ce contexte, l’UNICEF a averti que toute opération militaire à Rafah palestinien, avec sa forte densité de population et les conditions actuelles, aggraverait la tragédie humanitaire à Ghaza, appelant à la nécessité de ne pas forcer les Palestiniens à migrer vers des zones où la nourriture ou les services de base ne sont pas disponibles.

À propos B.Kamel

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Politique de meurtre, arrestation arbitraire, torture, déplacement forcé et génocide. Les enfants palestiniens, premières victimes de l’horreur

Désormais chaque enfant palestinien où ...

7ème Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF). A la recherche d’une vision commune

Quel avenir pour le gaz ...

Unité de production de MTBE d’Arzew. Projet stratégique d’autosuffisance

L’essence au plomb c’est bien ...

L’Algérie veut renforcer sa sécurité numérique. Cybersécurité : le rempart

Quelle stratégie à adopter pour ...

Hausse injustifiée des prix et pratiques commerciales illégales. Zitouni hausse le ton

Le gouvernement via son ministère ...